Vodafone baisse après des chiffres un peu moins bons que prévu

jeudi 9 février 2012 09h32
 

LONDRES, 9 février (Reuters) - Vodafone recule en Bourse de Londres jeudi, après avoir publié des résultats du troisième trimestre de son exercice légèrement inférieurs aux attentes, des marchés difficiles en Espagne et en Italie ayant pesé, malgré de bonnes performances dans les pays émergents et en Europe du Nord.

Le titre recule de près de 1% dans les premiers échanges alors que son indice sectoriel en Europe cède 0,34%.

Vodafone, qui a maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'année, annonce que le chiffre d'affaires des services du groupe a connu une croissance organique de 0,9%, alors que les analystes attendaient une hausse de 1,1%.

En Europe, toujours sur une base comparable, le chiffre d'affaires des services a été moins bon que prévu, en baisse de 1,7%, alors que les analystes attendaient une baisse de 1,4%.

Will Draper, analyste chez Espirito Santo, souligne que les chiffres sont moins bons que le consensus publié par Vodafone il y a quelques semaines, mais ajoute que la société avait prévenu au cours des derniers jours que les conditions de marché dans le Sud de l'Europe s'étaient détériorées.

"Le grand problème vient de l'Italie," a-t-il dit à Reuters. "L'Espagne semble faire un peu mieux que prévu, mais ce n'est toujours pas bon."

Venant compenser l'Europe du Sud, la division Afrique, Moyen-Orient et Asie Pacifique (AMAP) a vu ses revenus augmenter de 7,6 %, un chiffre légèrement inférieur aux attentes de 8,3%.

"Malgré la nouvelle détérioration de l'environnement en Europe du Sud au cours du trimestre, notre mixe géographique permet une bonne résistance de nos performances", a déclaré le directeur général du groupe Vittorio Colao.

Le cash flow libre de Vodafone pendant cette période a atteint 1,46 milliard de livres sterling (1,74 milliard d'euros), légèrement moins que prévu (1,58 milliard de livres), alors que les dépenses d'investissement ont diminué de 5% sur un an. (Kate Holton, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Catherine Monin)