8 décembre 2011 / 09:54 / dans 6 ans

Standard Chartered prévoit un ralentissement de sa croissance

HONG KONG/LONDRES, 8 décembre (Reuters) - Standard Chartered a averti que la croissance de son produit net bancaire (PNB) se situerait juste en-dessous de son objectif de 10% en 2011, une année marquée par la crise de la dette de la zone euro et des difficultés en Inde et en Corée.

La banque a précisé jeudi qu‘elle s‘attendait néanmoins à une progression d‘au moins 10% de son bénéfice avant impôts pour l‘année 2011, soutenu par ses bonnes performances à Singapour et à Hong Kong.

La banque publiera un PNB et un bénéfice record cette année.

Une dépréciation de 2% à 5% des devises en Asie vis-à-vis du dollar depuis le mois d‘août ont pesé sur le PNB à hauteur d‘environ 200 millions de dollars (149,25 millions d‘euros) et devrait affecter les résultats de 30 à 40 millions de dollars”, a estimé le directeur financier Richard Meddings.

La banque, qui est cotée à Londres, gagne 0,21% à 14,58 livres vers 10h12. Son action a perdu 1,24% à Hong Kong.

“Les effets de change ont un peu terni les résultats. Mais c‘est encore une très belle histoire, avec une combinaison de croissance, de solidité du bilan et de liquidité”, commente Mike Trippitt, analyste chez Oriel Securities à Londres.

L‘activité de gestion privée et de financement des entreprises a été affectée par les tensions sur les marchés.

“Les marchés sont restés difficiles, ce qui a eu un impact sur l‘exécution des opérations, bien que toutes les opérations qui n‘ont pas été finalisées en 2011 le seront début 2012”, a précisé le directeur financier à une conférence téléphonique.

L‘une des rares banques qui continue à embaucher alors que l‘essentiel du secteur réduit ses effectifs, s‘attend, comme prévu, à compter 2.000 salariés supplémentaires en 2011, dont 1.600 dans la banque de détail, pour moitié en Chine.

Les perspectives de la banque sont en ligne avec les attentes des analystes. Un sondage Thomson Reuters I/B/E/S auprès de 25 analystes prévoit une hausse de 12% de son bénéfice avant impôts, à 6,8 milliards de dollars (5,07 milliards d‘euros) cette année, un chiffre multiplié par cinq en dix ans. (Kelvin Soh et Steve Slater, liette Rouillon pour le service français, édité par)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below