GRAPHES DU JOUR-Les banques européennes se replient sur leur base

mercredi 30 novembre 2011 15h38
 

PARIS, 30 novembre (Reuters) - Les banques européennes, et françaises en particulier, réduisent la taille de leur bilan en se repliant sur leur base domestique face aux exigences de renforcement de leurs fonds propres d'ici juin 2012, montrent les statistiques mensuelles de la BCE sur les bilans consolidés des institutions financières monétaires (IFM).

Aux termes de l'accord trouvé à l'issue du double sommet des 26 et 27 octobre, les dirigeants européens ont demandé aux banques de renforcer leur solvabilité financière pour atteindre un ratio de fonds propres de 9% d'ici à la fin 2012 après avoir valorisé leurs obligations souveraines de la zone euro au prix de marché. (voir )

Les efforts de recapitalisation correspondant ont été chiffrés à 106 milliards d'euros par l'Autorité bancaire européenne, dont 8,8 milliards pour les banques françaises.

Pour atteindre cet objectif, les banques disposent de trois leviers : la réduction à bilan constant du risque moyen pondéré de leur poretefuille - en arbitrant les actifs les plus risqués contre des actifs qui le sont moins ou en utilisant des modèles d'évaluation des risques plus favorables lorsque cela est possible -, l'augmentation de leurs fonds propres, et enfin la réduction de la taile de leur bilan (deleveraging).

Le renforcement des fonds propres peut se faire par appel au marché, une voie difficilement envisageable au regard de la sous-performance du secteur bancaire européen depuis le début de la crise financière, qui a ramené le cours de nombreux établissements cotés à des niveaux proches de leurs plus bas historiques.

Graphique de l'évolution comparée de l'indice Stoxx 600 et du sous-indice sectoriel des banques depuis juin 2008 :

here

L'augmentation des fonds propres peut aussi résulter d'une politique plus active de mise en réserve des profits grâce à une distribution moins généreuse de dividendes et une réduction des rémunérations variables les plus élevées.   Suite...