LEAD 1-Bourse-Renault plus forte hausse du CAC 40 après son T3

vendredi 28 octobre 2011 10h38
 

(Actualisé avec commentaires et cours de Bourse)

PARIS, 28 octobre (Reuters) - L'action Renault signe vendredi la plus forte hausse de l'indice CAC 40 , le constructeur ayant annoncé la veille des ventes records au troisième trimestre grâce aux marchés hors d'Europe et confirmé ses objectifs malgré les incertitudes sur l'économie. (voir [ID:nL5 E7LR52J])

Vers 10h30, le titre avançait de 5,82% à 32,055 euros, contre un gain de 0,8% pour le CAC 40. Il enregistre également la meilleure performance de l'ensemble du secteur européen de l'automobile (+1,3%).

Depuis le début de l'année, la valeur perd encore 26,3%, soit environ 2,6 fois plus que le secteur.

"La valorisation du titre est très attrayante. Renault semble être clairement plus efficace que Peugeot malgré un ralentissement de sa production", commente un vendeur actions en poste à Paris.

Mercredi, PSA Peugeot Citroën a annoncé qu'il allait supprimer 6.000 emplois l'an prochain en Europe, où les ventes du constructeur ont été pénalisées au troisième trimestre par des problèmes d'approvisionnement et par la guerre des prix qui fait rage sur le segment des petites voitures.

Le titre PSA recule d'ailleurs de 1,04%. De nombreux analystes font le parallèle entre les performances des deux constructeurs hexagonaux, attribuant la surperformance de Renault sur Peugeot à sa plus grande présence à l'international.

Les analystes restent néanmoins prudents, inquiets de la rentabilité de Renault au deuxième semestre.

Les derniers chiffres d'AvtoVAZ et Nissan , dont Renault détient respectivement 25% et 43,4%, montrent que ces derniers pourraient faire peser un risque croissant sur les résultats de Renault, souligne Credit Suisse dans une note.

"La plus belle façon (de revaloriser le titre) serait de réduire la participation dans Nissan, mais on se doute que la direction de Renault envisage les choses différemment sur ce point", souligne l'intermédiaire. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)