CONSENSUS-France Télécom attendu sur sa marge dans un secteur sous pression

mardi 25 octobre 2011 12h17
 

 PARIS, 25 octobre (Reuters) - France Télécom .
Résultats du troisième trimestre de l'exercice 2011 (en millions
d'euros). 	
 Date et heure de publication : le jeudi 27 octobre avant
Bourse.	
 Conférence téléphonique presse à 10h30.	
 Conférence téléphonique analystes à 14h30.	
      	
 Consensus Thomson Reuters I/B/E/S, basé sur les estimations
de sept analystes :             	
                    CA                 Ebitda	
 Moyenne            11.409                3.994	
 Maximum            11.511                4.117	
 Minimum            11.325                3.890	
 ----------------------------------------------	
 T3 2010            11.628             4.260*	
 Variation           -1,9%             -6,2%	
 (moyenne)           	
 *Ebitda retraité de provisions	
 	
 ACTIVITÉ : France Télécom est le quatrième opérateur
télécoms européen en termes de capitalisation boursière (34,3
milliards d'euros).	
 	
 RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA SOCIÉTÉ : 	
 - L'opérateur vise un cash flow opérationnel de 9 milliards
d'euros en 2011.	
 Cet objectif s'inscrit dans le cadre des prévisions à
l'horizon 2013, qui prévoient un cash flow opérationnel cumulé
d'environ 27 milliards d'euros sur la période.	
 - Le dividende a été fixé à 1,40 euro pour les exercices
2011 et 2012.	
 	
 CE QUE LE MARCHÉ ATTEND :	
 1 - La rentabilité de l'opérateur historique français
devrait afficher un nouveau recul, selon des analystes.	
 En France, les prix restent sous pression dans la téléphonie
mobile à l'approche du lancement commercial du quatrième
opérateur Free Mobile .	
 L'Hexagone compte encore pour la moitié des ventes d'Orange
et pour 57% de son Ebitda total.	
 2 - Un point sur les opérations de cessions que le groupe
veut mener à bien, notamment en Suisse, en Autriche ou au
Portugal, dans le cadre de la revue de son portefeuille d'actifs
européens.	
 Stéphane Richard déclarait la semaine dernière que les
conditions actuelles de financement ne remettaient pas en cause
le prix qu'il espérait tirer de la vente de sa division suisse.
(voir )	
 3 - Des indications sur l'impact de la dégradation de la
conjoncture sur la consommation de télécoms, à l'approche de la
saison de Noël qui constitue généralement un temps fort pour les
opérateurs.	
	
 (Marie Mawad et Leila Abboud, édité par Dominique Rodriguez)