Le titre TomTom s'envole après l'annonce d'une restructuration

lundi 24 octobre 2011 11h51
 

AMSTERDAM, 24 octobre (Reuters) - L'action TomTom s'envolait de quelque 17% après deux heures de transactions à la Bourse d'Amsterdam, les investisseurs saluant le plan de restructuration annoncé lundi par le fabricant néerlandais d'instruments de navigation.

Vers 09h45 GMT, l'action TomTom avançait de 17,4% à 3,58 euros alors que l'indice européen regroupant les valeurs technologiques européennes prenait 0,57%.

Mais, à ce niveau, elle reste bien loin d'un pic de 56,33 euros atteint en 2007 lorsque TomTom était encore une valeur fétiche pour bon nombre d'analystes financiers.

Depuis quelques années, le groupe est tombé de son piédestal en raison de la concurrence d'applications dans les smartphones et autres tablettes à ses navigateurs.

La restructuration annoncée par TomTom, qui porte sur un premier objectif de 50 millions d'euros d'économies sur l'exercice 2012 avec des suppressions d'emplois à la clef, vise justement à être moins dépendant des ventes aux grand public.

Pour le troisième trimestre, la société a fait état d'une baisse de 10% de son chiffre d'affaires, à 336 millions d'euros, en raison d'une chute de 23% des livraisons d'assistants personnels à la navigation. Les analystes anticipaient 303 millions.

"Nous avons lancé un programme de restructuration qui concentrera l'organisation de notre entreprise sur les segments où nous voyons le plus important potentiel de croissance", a déclaré Harold Goddijn, directeur général de TomTom, citant les activités du groupe dans les services et les applications.

"L'activité des assistants personnels à la navigation reste importante et représentera une part importante de notre activité et de nos revenus mais la taille de ce marché se réduit en termes absolus et nous devons adapter nos coûts (...)", a-t-il ajouté.

TomTom, qui avait lancé en juin un avertissement sur résultats, a dit s'attendre à un chiffre d'annuel et un bénéfice par action hors exceptionnels dans le haut de ses fourchettes de prévisions, de respectivement 1,225-1,275 milliard d'euros et de 0,25-0,30 euro. (Roberta Cowan, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Nicolas Delame)