LEAD 1-Diageo bat le consensus au T1 grâce à l'Amérique latine

mercredi 19 octobre 2011 14h09
 

* Croissance organique de 9% en juillet-septembre

* Le groupe compte poursuivre sa croissance au S1

* L'action Diageo gagne 4%

LONDRES, 19 octobre (Reuters) - Porté par une demande solide en Amérique latine et aux Caraïbes, le britannique Diageo a affiché une hausse organique plus forte qu'attendu au titre de son premier trimestre fiscal et dit anticiper une poursuite de sa croissance sur le semestre.

Les ventes trimestrielles du numéro un mondial des spiritueux, qui fabrique aussi bien la vodka Smirnoff que le rhum Captain Morgan, ont augmenté de 9% à périmètre comparable, alors que les dix courtiers interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 5,9%.

"Diageo a bien démarré le nouvel exercice fiscal. La croissance nette des ventes a été très légèrement au-dessus des attentes et le trimestre a bénéficié de certains facteurs exceptionnels qui ne devraient pas se reproduire au deuxième trimestre", a commenté le directeur général Paul Walsh.

Vers 12h00 GMT, l'action Diageo gagnait 4,02% à 1.331 pence, affichant la plus forte hausse de l'indice Stoxx européen du secteur de la boisson et de l'alimentation , en progression de 0,69%.

Le groupe, également propriétaire du whisky Johnnie Walker et de la Guiness, a vu ses ventes à périmètre compatable bondir de 30% dans la région Amérique latine-Caraïbes. Suivent l'Asie-Pacifique (+14%), l'Afrique (+9%), l'Europe (+6%) et l'Amérique du Nord (+5%).

Son rival Pernod Ricard dévoilera jeudi ses résultats du premier trimestre et ses objectifs annuels, après avoir fait état d'une croissance interne de 7% de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2011. (voir )

En août, Diageo s'était fixé comme objectifs une croissance organique de 6%, une amélioration des marges et une croissance à deux chiffres de ses bénéfices à moyen terme.

Fort de sa croissance sur les marchés émergents, le groupe pourrait également améliorer son bénéfice par action, estime Atif Latif, de Guardian Stockbrokers, évoquant notamment "son bilan solide, sa moindre dépendance aux marchés matures et un rendement du dividende élevé". (David Jones et Joanne Frearson, Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)