13 octobre 2011 / 15:33 / il y a 6 ans

LEAD 1-Allemagne-La crise de la dette menace la croissance-Instituts

* Prévision de croissance abaissée à 0,8% en 2012 (contre 2,0% précédemment

* L'incertitude accrue pèsera sur la demande intérieure - Instituts

BERLIN, 13 octobre (Reuters) - Le plus grand risque pesant sur l'économie allemande est celui d'une accentuation de la crise européenne de la dette qui pourrait entraîner un durcissement des conditions de crédit, ont averti jeudi les principaux instituts économiques du pays.

Les huit instituts ont abaissé leur prévision de croissance pour la première économie européenne, à 0,8% en 2012, bien loin des 2,0% projetés en avril dernier.

"La crise de la dette en Europe menace de devenir une crise bancaire qui pèse de plus en plus sur l'économie allemande également", expliquent les instituts dans leur rapport biannuel.

"L'incertitude fortement accrue pèsera sur la demande intérieure, tandis que le commerce extérieur ne contribuera sans doute plus à l'expansion, en raison de la situation difficile de certains partenaires commerciaux importants."

L'économie allemande, tournée plus vers l'extérieur que vers sa propre consommation, s'est rapidement remise de la crise financière et a surpassé ses homologues, se révélant être un puissant moteur de croissance et un havre de stabilité.

Mais les derniers indicateurs attestent d'un ralentissement de la croissance outre-Rhin en raison du ralentissement économique mondial et de la crise de la dette de la zone euro. La production industrielle, les commandes et les ventes au détail ont sensiblement baissé en août.

Les indicateurs avancés ne sont guère plus roses, et notamment le moral des entreprises, mesuré par l'indice Ifo, qui est tombé en septembre à son niveau le plus bas depuis la mi-2010.

Toutefois, l'Allemagne avait commencé l'année 2011 bien plus en force que prévu et l'élan imprimé au premier semestre compensera sans doute un second semestre plus terne. De ce fait, les instituts ont légèrement relevé leur prévision de croissance pour 2011, à 2,9% contre 2,8%.

Ils voient en outre une inflation de 1,8% en 2012 contre 2,3% cette année. Contre toute attente, l'inflation a atteint en septembre un plus haut de trois ans de 2,6%.

Cette prévision serait de bon aloi pour la Banque centrale européenne, dont l'objectif est d'un petit peu moins de 2%, et cette considération, couplée au risque croissant de récession en Europe, la poussera sans doute à ramener son taux de refinancement à 1,0%, observent les instituts.

Malgré la dégradation de la conjoncture, ces instituts voient le chômage diminuer, à 6,7% en 2012 contre 7,0% en 2011.

Le gouvernement allemand doit publier ses prévisions économiques le 20 octobre, qui serviront de base à sa planification budgétaire de novembre. (Madeline Chambers et Sarah Marsh; Natalie Huet et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean Décotte)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below