La maison-mère d'Uniqlo prédit une hausse de 16% du REX

mercredi 12 octobre 2011 09h24
 

TOKYO, 12 octobre (Reuters) - Fast Retailing anticipe une croissance de 16% de son bénéfice d'exploitation annuel grâce à une croissance des ventes de son enseigne de confection Uniqlo au Japon et à son expansion tant localement qu'à l'étranger.

Le premier distributeur d'habillement japonais veut se développer à l'international pour compenser un ralentissement de la croissance au Japon qui tient à des facteurs démographiques, à la déflation et à une concurrence croissante.

Fast Retailing a dit mercredi qu'il projetait un bénéfice d'exploitation 2011-2012 - clos en août - de 135,5 milliards de yens (1,8 milliard de dollars), conforme au consensus Thomson Reuters I/B/E/S. Il prévoit également une croissance de 5% à surface comparable.

Sur l'exercice annuel écoulé, le distributeur a subi une baisse de 12% de son bénéfice d'exploitation à 116,4 milliards de yens. Les ventes d'Uniqlo au Japon, qui représentent près des trois quarts du C.A. du groupe, ont baissé de 6%.

Sur le trimestre juin-août, le bénéfice d'exploitation a bondi de 33% à 11,8 milliards de yens, sa première hausse en six trimestres.

Les grands magasins et distributeurs d'articles de confection japonais pâtissent des interrogations inquiètes sur la vigueur de la reprise économique locale, à l'inverse des distributeurs généralistes et des magasins de proximité qui ont enregistré une solide hausse de leurs bénéfices ces derniers six mois, grâce à une croissance de la demande de produits alimentaires et ménagers après le séisme du 11 mars.

Les ventes au détail ont baissé en août au Japon, le consommateur craignant que la vigueur du yen et la crise de la dette en Europe n'affectent les entreprises nippones et donc les salaires et les primes.

L'action Fast Retailing a perdu 2,7% en Bourse mercredi, avant la publication des résultats. Elle a gagné 2% environ depuis le début de l'année calendaire. (James Topham, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Gregory Schwartz)