La voiture électrique, aubaine pour la pile à combustible

mardi 4 octobre 2011 20h09
 

* Nouvelle jeunesse pour une technologie inventée au 19e siècle

* La pile à combustible utilise de l'hydrogène, rejette de l'eau

* Un marché évalué à 100 milliards d'euros si 10% du parc est équipé

par Gilles Guillaume et Caroline Jacobs

MARCOUSSIS, Essonne, 4 octobre (Reuters) - Le marché de la voiture électrique pourrait être une aubaine pour la pile à combustible, une technologie née au 19e siècle utilisant l'hydrogène et donc aux vertus a priori écologiques puisqu'elle ne produit au final... que de l'eau.

Cantonnée jusqu'ici à des usages relativement confidentiels - pour des missions spatiales, sur des tournages en lieu et place de groupes électrogènes ou pour des parcs de chariots élévateurs - la pile à combustible pourrait maintenant décoller grâce à cette mutation sans précédent que connaît l'automobile et qui pourrait lui donner une deuxième jeunesse.

"La vraie révolution, c'est l'arrivée de l'électricité dans l'automobile, une excellente nouvelle pour l'hydrogène", a déclaré Benoît Potier, PDG d'Air Liquide , leader mondial des gaz industriels, en marge d'une présentation de voitures équipées de ces piles de la taille d'un petit moteur thermique, qui fabriquent du courant à partir d'hydrogène et d'oxygène.

Les défauts les plus criants de cette technologie, qui avaient limité son essor initial, ont été pour la plupart corrigés : la pile est moins sujette à l'oxydation, qui réduit sa durée de vie, et l'hydrogène peut être désormais stocké dans des réservoirs en composite supportant une pression de 700 bars, ce qui permet de réduire son volume et de stocker la bonbonne sous le siège arrière.

Un plein d'hydrogène offre par ailleurs une autonomie de 500 kilomètres - contre 200 kilomètres environ pour un véhicule électrique classique - pour un temps passé à la pompe et un prix similaires à un carburant traditionnel.   Suite...