12 septembre 2011 / 06:03 / il y a 6 ans

AVANT-PAPIER-Auto-Les Français dans l'antre allemand à Francfort

(Répétition de l'avant-papier diffusé vendredi)

* Le salon de Francfort ouvre le 15 septembre, journées presse mardi et mercredi

* Plusieurs nouveautés malgré un marché européen incertain

* PSA joue la carte de la montée en gamme au pays du premium

* Les Allemands présenteront des modèles plus citadins

* Graphique interactif comparant les grands constructeurs:

* r.reuters.com/pen63s

par Gilles Guillaume

PARIS, 9 septembre (Reuters) - Les deux grands constructeurs français présenteront la semaine prochaine plusieurs nouveautés au plus allemand des salons de l'automobile, toujours désireux d'imiter l'insolent succès des groupe germaniques sur un marché européen qui voit s'amonceler les nuages.

Après deux journées réservées à la presse mardi et mercredi, le 64e salon de Francfort ouvrira ses portes au public du 15 au 25 septembre.

"Il faut être là, même si le salon de Francfort est peut-être le plus national de tous les rendez-vous, avec de véritables temples où les Allemands viennent en force", résume François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). "Mais malgré les incertitudes ambiantes, il y aura encore beaucoup de nouveautés."

Côté français, Renault présentera son concept-car "utilitaire familial" électrique Frienzy ainsi qu'un restylage de la Twingo II, deux modèles dont la face avant porte la griffe du nouveau directeur du design du constructeur au losange Laurens van den Acker.

La génération suivante de la Twingo sera basée sur une plate-forme commune avec Daimler (DAIGn.DE), désormais partenaire de l'alliance Renault-Nissan. Dieter Zetsche et Carlos Ghosn, respectivement président du directoire de Daimler et PDG de Renault, déjeûneront d'ailleurs ensemble au salon.

PSA, allié à un autre allemand, BMW , dans les moteurs, continuera pour sa part de jouer la montée en gamme pour concurrencer des marques premium comme Audi (groupe Volkswagen (VOWG_p.DE)). Il présentera chez Peugeot la 508 RXH, version haut de gamme et hybride diesel de la nouvelle grande berline du groupe, et un concept car de limousine sportive, HX1. Chez Citroën, il exposera de son côté une DS3 "ultra prestige" toute habillée de cuir et un concept-car revisitant de façon très futuriste le célèbre TUB, le "panier à salades" de la police des années soixante.

AU SEUIL D'UN TRIMESTRE DIFFICILE

S'ils misent beaucoup sur la Chine, l'Inde, la Russie ou l'Amérique latine, véritables moteurs de la croissance du marché automobile mondial, le groupe Renault et PSA réalisent toujours plus de la moitié de leurs ventes en Europe. Et les experts de PricewaterhouseCoopers prévoient un quatrième trimestre difficile pour le secteur sur le continent malgré une augmentation de 7,3% des immatriculations de voitures neuves en août.

"Avec la crise de la dette, la révision à la baisse des prévisions économiques et les faibles perspectives du marché de l'emploi, de nombreux pays européens pourraient connaître des prochains mois difficiles", souligne Josselin Chabert, analyste chez Autofacts PwC. "En conséquence, nous prévoyons une baisse du marché européen de 2,5% à 13,4 millions d'immatriculations sur l'année 2011."

En France, deuxième marché automobile européen, les ventes sont stables sur huit mois et devraient se contracter de 8% environ sur l'ensemble de l'année, au trou d'air lié à fin des primes à la casse s'ajoutant les retombées de pénuries de composants liées au séisme japonais où à une mauvaise organisation de la filière fournisseurs.

En Allemagne, premier marché européen, les immatriculations résistent bien mieux (+11,2% sur huit mois), reflet de la performance de Volkswagen, Mercedes ou BMW, trois groupes qui ont déjà appris à se passer des aides publiques puisque la prime à la casse allemande a disparu dès septembre 2009 alors que le dispositif français, même réduit, a perduré jusqu'en décembre dernier.

Pour compenser la baisse des achats des particuliers européens, les constructeurs comptent sur le retour de la demande des entreprises, toujours friandes de belles voitures plus "statutaires", à condition que les turbulences financières de l'été n'aient pas douché la reprise du marché des flottes.

Le secteur mise aussi en Europe sur l'apparition de nouveaux segments, plus urbains et plus chics, ainsi que sur une innovation constante pour répondre au durcissement de la législation sur les émissions de gaz à effet de serre.

Les Allemands aligneront ainsi à Francfort, sur leurs stands géants, de somptueux bolides comme la sixième génération de la Porsche 911 ou encore la version sportive de l'Audi A7 propulsée par un impressionnant V8 de 420 chevaux. Mais les principales nouveautés germaniques seront plus compactes, avec notamment la nouvelle Classe B de Mercedes et l'Audi A2 Concept.

Voir aussi :

* Graphique des constructeurs mondiaux par capitalisation:

r.reuters.com/sen63s

* Graphique de l'évolution boursière du secteur auto européen

r.reuters.com/qen63s (édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below