February 6, 2009 / 7:14 AM / 8 years ago

LEAD 3 Hermès résiste au T4 et se montre serein pour 2009

6 MINUTES DE LECTURE

* Croissance de 1,7% au T4 à changes constants

* Objectif d'un C.A. stable en 2009

* Anticipation d'une légère baisse de la rentabilité en 2009

par Pascale Denis

PARIS, 6 février (Reuters) - Dans un contexte très difficile pour le marché du luxe, Hermès (HRMS.PA) a une nouvelle fois fait la preuve de sa capacité de résistance avec des chiffres supérieurs aux attentes en 2008 et une prévision de ventes stables pour l'année en cours.

Le groupe de la rue Saint-Honoré a heureusement surpris en publiant vendredi un chiffre d'affaires en croissance de 1,7% à taux constants au 4e trimestre, alors que les analystes anticipaient, au mieux, des ventes inchangées, et au pire, en baisse de 3% à 4%. Sur l'ensemble de l'année, ses ventes ont atteint 1,76 milliard d'euros (+10,2% à taux constants), dépassant légèrement la fourchette prévue par le groupe (9 à 10%).

Hermès s'est même avancé à faire une prévision pour 2009 - exercice auquel LVMH (LVMH.PA) avait préféré, la veille, ne pas se livrer [ID:nL5757094] - et a dit tabler sur des ventes "au moins" stables en 2009 à changes constants, alors que les experts du secteur estiment que le marché mondial du luxe devrait accuser une baisse comprise entre 7% et 10% cette année.

Cette prévision a heureusement surpris les analystes, compte tenu du manque de visibilité pour 2009.

Très attendu sur son chiffre d'affaires de fin d'année, Hermès a confirmé la résistance de sa division maroquinerie, qui a signé une hausse de 8,7% à taux constants au 4e trimestre, tandis que la soie et les vêtements ont bien résisté (+2,4% et +2,8%). Les montres ont en revanche vu leurs ventes chuter de plus de 14% et les arts de la table de près de 16%.

Emblemes

La directrice financière du groupe a précisé à Reuters, lors d'une interview, que les ventes de sacs avaient grimpé de 14% à taux constants au dernier trimestre et qu'Hermès n'avait constaté aucun ralentissement de la demande sur ce produit phare du groupe.

Emblèmes de la maison, les célèbres sacs en cuir, considérés comme une valeur sûre et indémodable du luxe français, font toujours l'objet d'une demande supérieure à l'offre, a précisé Mireille Maury.

Elle a également réaffirmé que les actionnaires familiaux, qui détiennent plus de 72% du capital, n'avaient "aucune intention" de modifier l'actionnairait du groupe.

Faisant le choix de maintenir son programme d'investissement en 2009, chiffré par Mireille Maury à environ 150 millions d'euros, Hermès verra cependant sa rentabilité opérationnelle reculer "légèrement" cette année.

"Je trouve que le dernier trimestre est plutôt bon, finalement, dans le contexte de crise", souligne une analyste qui a souhaité garder l'anonymat. "Comme toujours, Hermès a bien résisté", a -t-elle ajouté, jugeant "presque optimiste" la prévision pour 2009.

LVMH LVLMH.PA a lui aussi fait la preuve de sa résistance grâce à sa marque phare, Louis Vuitton.

Le numéro un mondial du luxe a publié jeudi soir des résultats conformes aux attentes, avec un fort ralentissement de la croissance, mais nettement moins marqué que prévu (les ventes sont restées stables au dernier trimestre, en données comparables, alors que les analystes anticipaient en moyenne une baisse de 3%).

Le Luxe en Fete

Il a surtout démontré, une nouvelle fois, les brillantes performances de sa marque phare, Louis Vuitton. Le spécialiste de la maroquinerie, qui compte pour plus de 50% du résultat opérationnel du groupe, a vu sa croissance organique évaluée par les analystes entre 6% et 7% au 4e trimestre.

"Même les autres marques se sont révélées plus résistantes que chez Richemont CFR.VX, Swatch ou Bulgari BULG.MI, avec un repli de la croissance organique limité à 2% au 4e trimestre", souligne Antoine Belge, analyste de HSBC, qui rappelle par comparaison que la baisse a été comprise, chez ces acteurs du luxe, entre 11% et 15%.

Les résultats du géant mondial du luxe ne remettent pas réellement en cause, selon lui, le consensus des analystes qui tablent sur une baisse comprise entre 5% et 10% de ses résultats cette année.

Forts de ces chiffres, les titres Hermès et LVMH brillent à la Bourse de Paris vendredi et signent les plus fortes hausses du marché [ID:nL6341911].

Hermès s'adjuge 6,2% à 79,6 euros, LVMH 6,4% à 47,25 euros et sa maison mère Dior (DIOR.PA) avance de 6,5% à 43,70 euros.

Dans leur sillage, PPR (PRTP.PA), qui publiera ses résultats le 19 février, avance de 5,9% à 43,7 euros.

Édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below