5 février 2009 / 11:52 / il y a 9 ans

LEAD 2 Nexity monte après des propos rassurants sur sa dette

* Dette proche de zéro après la cession du Crédit foncier

* Le dividende ne tiendra pas compte de la perte liée au CFF

* Remontée des intentions d'achat des Français

par Juliette Rouillon

PARIS, 5 février (Reuters) - Nexity (NEXI.PA) progresse jeudi en Bourse, après l'annonce par le promoteur immobilier que sa dette était "proche de zéro" à la suite de la vente de sa participation dans le Crédit foncier aux Caisses d'épargne.

Vers 16h00, le titre prend encore 2,59% à 13,490 euros, soit une progression de 22% depuis l'annonce de cette cession le 29 janvier. Alors que l'indice SBF 120 .SBF120 perd 2,55%.

Nexity, qui avait acquis, en juillet 2007, 25% du Crédit foncier auprès de la Caisse nationale des Caisses d'épargne (CNCE) par échange de titres, a revendu fin janvier les 23,4% qu'il détenait encore, pour 539,6 millions d'euros en numéraire.

Grâce à cette opération, l'endettement du premier promoteur français, à 776 millions d'euros au 30 juin 2008, a été ramené à près de zéro au 31 décembre, a dit à la presse son P-DG, Alain Dinin, lors de la présentation du chiffre d'affaires annuel.

"L'opération crédit foncier n'a rien à voir avec un problème d'endettement", a-t-il déclaré. "Nous avons besoin de liquidités pour attaquer le marché, mais l'opération n'était pas nécessaire pour 2008, pas plus que pour 2009 et 2010."

Les covenants bancaires seront respectés fin 2008, sans tenir compte de l'opération Crédit foncier, a-t-il précisé.

En revanche, les résultats 2008 du groupe, contrôlé à près de 40% par les Caisses d'épargne, seront marqués par un "impact négatif de l'ordre de 100 millions d'euros" lié à l'opération Crédit foncier, ainsi qu'à un "ajustement de la participation (de 32% du groupe) dans Eurosic (ESIC.PA) au niveau de son ANR (Actif net réévalué) ".

Toutefois, a ajouté Alain Dinin, le dividende proposé sera "calculé non compte tenu de la perte liée au Crédit foncier".

Nexity a publié mercredi après-Bourse un chiffre d'affaires en hausse de 4% en données pro forma, à 2.683 millions d'euros, en ligne avec le Consensus Reuters Estimates de 2.606 millions, ces chiffres reflétant des réservations faites avant la crise.

Sa marge opérationnelle 2008 devrait être "autour de 9%", selon le groupe.

Les réservations de logements neufs et terrains à bâtir ont chuté en revanche de 38%, tandis que ses prises de commandes dans la promotion de bureaux ont augmenté de 14% à 579 millions d'euros et le "backlog" de 26% à 970 millions à fin 2008.

REMONTEE INATTENDUE DES INTENTIONS D'ACHATS

Quant au réseau de franchises dans la distribution de logements (Century 21, Guy Hoquet et Keops), il a vu le nombre de ses transactions reculer de 15% (contre -20% pour le marché).

Pour 2009, Nexity prévoit un chiffre d'affaires en baisse d'environ 9%, avec une légère augmentation - de 9,7% en 2008 à plus de 10% en 2009 - de sa part du marché de la promotion résidentielle, attendu entre 65.000 et 70.000 unités, contre 75.000 en 2008 et une moyenne de 87.000 de 1985 à 2007.

Le groupe a également annoncé la création d'une société commune avec la Société nationale immobilière (SNI), filiale de la Caisse des Dépôts, pour la production et l'exploitation d'au moins 800 logements sociaux intermédiaires par an sur trois ans.

Alain Dinin a par ailleurs salué la remontée des intentions d'achat de logements neufs des Français, à 5,1% contre 3,8% il y a six mois, tout en restant prudent pour 2009, selon un sondage TNS Sofres réalisé mi-janvier pour le compte de Nexity.

"La situation n'est pas 'aussi pire' que nous l'imaginions il y a quelques mois. Cela ne veut pas dire que tout va aller bien", a-t-il déclaré à la presse jeudi.

Prévoyant une reprise du marché immobilier après "un point bas" en 2009, il a également jugé que les mesures de relance du marché engagées par le gouvernement, notamment les mesures fiscales dite "Scellier/Carez pour les investisseurs privés, le doublement du prêt à taux zéro et acquisitions d'opérations en bloc par des opérateurs sociaux, allaient "dans le bon sens".

Avec la baisse amorcée des taux d'intérêt, ces mesures "visent clairement à améliorer le pouvoir d'achat, a-t-il dit, tout en soulignant qu'elles n'auront pas d'impact avant 2010.

Le P-DG de Nexity estime que les banquiers "ont plutôt bien géré" l'immobilier en France en ne finançant pas des opérations "en blanc" qui auraient gonflé les stocks de logements invendus.

Les stocks d'appartements achevés sur le marché s'élevaient au 30 septembre 2008 à 3.971, contre un record de 23.465 en 1993, au plus fort de la crise des années 1990, a-t-il rappelé.

Juliette Rouillon, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below