News Corp - Baisse de 11% du chiffre d'affaires trimestriel

mercredi 5 août 2009 23h59
 

NEW YORK, 5 août (Reuters) - Le groupe spécialisé dans la presse et le cinéma News Corp (NWSA.O: Cotation) a fait état mercredi d'une baisse de 11% de son chiffre d'affaires trimestriel en raison d'un recul des facturations publicitaires dans certaines parties de son activité.

Le groupe de Rupert Murdoch affiche une perte nette de 230 millions de dollars, soit 8 cents par action, pour son quatrième trimestre fiscal clos le 30 juin, en raison principalement d'une charge pour dépréciation de Fox Interactive Media, filiale qui contrôle le réseau social MySpace.

Le bénéfice net s'était établi à 1,3 milliard de dollars ou 43 cents par action au quatrième trimestre de l'exercice précédent.

Hors charges, News Corp affiche un bénéfice ajusté de 948 millions ou 19 cents par action, contre 1,4 milliard au quatrième trimestre de 2007-2008.

Le chiffre d'affaires a reculé de 10,7% à $7,67 milliards, conformément aux attentes.

Le chiffre d'affaires dans la télévision a baissé en raison d'une chute de 27% des revenus publicitaire de ses chaînes de télévision locales.

"L'année écoulée a été la plus difficile de l'histoire récente et notre performance financière 2009 reflète clairement la faiblesse du contexte économique auquel nous avons fait face", a déclaré Rupert Murdoch dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires de la branche cinéma a été soutenu par le succès de films comme "Slumdog Millionaire" et "Marley et moi". Le chiffre d'affaires dans le câble a aussi progressé.

La branche "autres activités", qui comprend MySpace et Fox Interactive Media, accuse une perte d'exploitation de $136 millions en raison de la baisse du chiffre publicitaire de MySpace.

Selon l'analyste de Miller Tabak, David Joyce, le groupe est bien placé en matière de "contenus" notamment dans le cinéma et les réseaux câblés et ses résultats sont "dans la tendance générale donnée par les autres conglomérats de médias cette semaine selon laquelle le pire et passé."

(Robert MacMillan; version française Danielle Rouquié)