LEAD 2 Ford, GM et Chrysler promettent des économies

jeudi 4 décembre 2008 23h29
 

(changement de titre)

par Thomas Ferrero

WASHINGTON, 4 décembre (Reuters) - Souvent accusés d'arrogance, les dirigeants des trois principaux constructeurs automobiles américains ont fait dû faire preuve d'humilité et se livrer au difficile exercice de l'autocritique jeudi devant les membres du Congrès auxquels ils tentaient d'arracher un prêt relais sans lequel la survie de leur groupe est grandement menacée.

"Nous sommes ici aujourd'hui parce que nous avons commis des erreurs et nous en tirons les leçons", a déclaré Rick Wagoner, dirigeant de General Motors (GM.N: Cotation) devant la Commission bancaire du Sénat.

Alan Mulally, son homologue chez Ford (F.N: Cotation), un groupe qui reflétait autrefois la puissance de l'industrie américaine, a assuré qu'il avait "réfléchi aux inquiétudes qui avaient été exprimées", avant d'assurer qu'il avait "compris le message".

Lors de leur précédente audition, Wagoner, Mulally, mais également Robert Nardelli, dirigeant de Chrysler, avaient été tournés en ridicule lorsqu'ils avaient admis qu'ils s'étaient rendus à Washington à bord de leurs jets privés alors qu'ils réclamaient des milliards de dollars.

Jeudi, ils ont fait les quelque 900 kilomètres séparant Detroit de la capitale américaine en véhicules hybrides apportant avec eux la promesse de réduire leur train de vie.

Après avoir promis de travailler pour un dollar par an si les parlementaires accédaient à leurs requêtes, ils ont réclamé 34 milliards de dollars de prêt d'urgence, assurant qu'ils réaliseraient les économies nécessaires à la survie des trois groupes.

  Suite...