4 novembre 2008 / 08:51 / dans 9 ans

LEAD 2 RBS - £206 mlns de dépréciations, dividende visé en 2010

* Dépréciations d‘actifs moins élevées que prévu au T3

* Veut pouvoir verser à nouveau un dividende, en 2010

* Le T4 et l‘exercice pâtiront du ralentissement économique

(actualisé avec des déclarations des dirigeants, cours de Bourse) LONDRES, 4 novembre (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS.L) a annoncé mardi des dépréciations de 206 millions de livres (255 millions d‘euros) liées à des actifs toxiques au troisième trimestre, un montant inférieur aux attentes, et la banque écossaise mène un audit stratégique pour recentrer ses activités.

RBS qui a décidé de faire appel à 20 milliards de livres de fonds d‘urgence mis à la disposition par le gouvernement britannique, s‘attend à ce que le ralentissement économique, les turbulences sur les marchés et les mesures pour reduire les risques sur le bilan pèsent sur les résultats du quatrième trimestre et de l‘exercice.

Le bénéfice opérationnel avant dépréciations a reculé de 8% en janvier-septembre, sur un an, reflétant des mauvaises créances accrues dans certaines de ses activités.

Le qualité du crédit de RBS s‘est notablement détériorée au troisième trimestre ; dans la banque de détail et commerciale au Royaume-Uni, les dépréciations ont progressé de 9% sur les neuf premiers mois de l‘année, alors qu‘elles avaient reculé de 2% sur les six premiers mois de l‘année, a précisé l’établissement.

RBS a déprécié pour 5,9 milliards de livres d‘actifs de produits structurés au premier semestre, alors que les analystes craignaient des dépréciations supérieures de plusieurs milliards.

La banque a déclaré que des modifications comptables dans la manière de classer les titres avaient accru de manière nette son bénéfice opérationnel de 1,2 milliard de livres.

L‘exposition à des contreparties et au risque souverain, qui pourrait inclure des pertes liées à l‘exposition à l‘Islande ou à Lehman Brothers ou d‘autres banques, a réduit le revenu d‘un milliard de livres en octobre, a déclaré RBS.

La banque d‘Edimbourg, durement touchée par la crise internationale du crédit, a levé cette année 12 milliards de livres et pourrait être au final détenue à environ 58% par l‘Etat britannique, après l‘injection publique de capital.

RBS entend racheter au gouvernement pour 5 milliards de livres de ses propres titres préférentiels, ce qui permettrait au groupe de reprendre le versement de dividendes, un processus suspendu, conformément à l‘une des conditions à l‘octroi de fonds publics.

RBS entend pouvoir à nouveau verser un dividende en 2010, a précisé mardi le nouveau directeur général du groupe, Stephen Hester.

UNE DETTE COÛTEUSE

“Nous considérons ces actions préférentielles comme de la dette coûteuse et non nécessaire et nous entendons les reprendre dès qu‘il sera prudent et possible de le faire”, a expliqué Hester.

Il s‘attend à ce que la “hausse substantielle” des dépréciations liées aux crédits au troisième trimestre se poursuive “sur cette trajectoire”.

Hester a souligné toutefois que toutes les branches du groupe étaient bénéficiaires au troisième trimestre.

Le directeur financier de RBS, Guy Whittaker, a déclaré de son côté que le groupe discutait avec plusieurs parties d‘une cession partielle ou totale de la branche assurance du groupe. Il a ajouté que ces discussions devraient être conclues avant la publication des résultats 2008.

Le titre RBS cède 7,36% à 60,4 pence vers 10h00 GMT sur le LSE./SD/GG

Steve Slater, version française Gilles Guillaume et Stanislas Dembinski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below