SOMMET Electrique - DBT vise 25% du marché français des bornes

mercredi 4 novembre 2009 17h23
 

* La France veut se doter de 75.000 bornes de recharge d'ici 4 ans

* Le leader français DBT pourrait capter au moins un quart de ce marché

* Pour décoller, le véhicule électrique ne doit pas refaire les mêmes erreurs qu'à la fin des années 1990

PARIS, 4 novembre (Reuters) - DBT, spécialiste français des bornes de recharge électrique, pense pouvoir capter au moins un quart du marché des 75.000 bornes dont la France aura besoin pour alimenter son futur parc de voitures électriques, a déclaré mercredi son PDG au cours du Sommet sur l'automobile organisé par Reuters.

"En dix ans, on a installé 4.500 bornes en France, ce qui fait de l'Hexagone le premier parc installé au monde", a souligné Hervé Borgoltz. "Nous avons une véritable avance parce que nous sommes les seuls à avoir autant de sites installés et de produits prêts à fonctionner dans différentes solutions."

Il s'étonne à ce titre que lors de la remise aux ministres concernés, le 1er octobre, du rapport sur le véhicule décarboné, les seules solutions présentées émanaient de groupes étrangers, et que l'offre de DBT ait été oubliée.

"Il y a un manque de cohérence par rapport à une task-force véhicules électriques qui pourrait être française, je le déplore", a ajouté Hervé Borgoltz.

DBT (Douaisienne de basse tension), PME fondée en 1990, emploie une quarantaine de personnes dans le Pas-de-Calais. Son chiffre d'affaires est ressorti à six millions d'euros l'an dernier et devrait atteindre 12 millions l'an prochain.

Spécialiste des transformateurs basse tension et des bornes escamotables d'accès, deux segments qui représentent l'essentiel de son chiffre d'affaires, la société exporte également en Algérie et à Abou Dhabi. Elle a participé à la première aventure de la voiture électrique en France, qui s'est achevée à la fin des années 1990, et dont Hervé Borgoltz juge indispensable de tirer les leçons si l'on veut sortir d'un marché de niche. "Il faut d'abord mettre des bornes avant les voitures, parce que si les voitures arrivent et qu'il n'y a pas de borne, ce sera comme en 1998. Comme si vous lanciez une voiture thermique aujourd'hui sans station-service".   Suite...