SALON-LEAD 1-Plastic Omnium maintient ses objectifs 2011

mardi 13 septembre 2011 12h41
 

* Très bon niveau d'activité cet été et cet automne

* Pas de regain de prudence observé à ce jour chez les clients

* Objectifs de croissance maintenus pour 2011 (Actualisé avec citations et précisions)

par Gilles Guillaume

FRANCFORT, 13 septembre (Reuters) - L'équipementier automobile Plastic Omnium , leader mondial des extérieurs et des systèmes de carburant, a maintenu mardi ses objectifs de croissance 2011 malgré les incertitudes économiques ressenties par certains acteurs du secteur.

Plastic Omnium vise toujours une amélioration de son chiffre d'affaires et de sa profitabilité et une réduction de sa dette par rapport à 2010, a déclaré son PDG Laurent Burelle lors d'une conférence de presse organisée au salon de l'automobile de Francfort.

"Ce que je lis dans les journaux ne correspond pas à ce que je vis au quotidien", a-t-il dit. "Ce que je vis, c'est que les mois de juillet et d'août ont été très élevés, mon carnet de commandes pour septembre, octobre et novembre, est très élevé. Juillet et août ont été excellents, et les perspectives pour les prochains mois sont très bonnes."

A la fin du premier semestre, le chiffre d'affaires de Plastic Omnium se partageait pour moitié entre l'Europe et le reste du monde. Le groupe se renforce en Asie, qui représentait 14% du chiffre d'affaires sur la première moitié de l'année, et notamment en Chine où il prévoit d'ouvrir dix nouvelles usines en trois ans.

Plastic Omnium profite aussi de la course aux réductions d'émissions. Sur son stand à Francfort, il présente des éléments de structure en matériaux composites fibre de verre et de carbone qui pourront permettre de réduire à l'horizon 2017 de 110 kilogrammes le poids d'une voiture, soit 10 grammes de CO2 en moins au kilomètre.

Prié de dire si ses clients constructeurs faisaient preuve d'un accès de prudence, sur fond de crise des dettes souveraines, Laurent Burelle a répondu : "Au jour d'aujourd'hui, non. Mais ils sont comme tout le monde, dépendants du monde de la finance." (Edité par Dominique Rodriguez)