12 septembre 2011 / 08:06 / il y a 6 ans

LEAD 1-Les banques françaises plongent en Bourse, menace de Moody's

* Les valeurs bancaires françaises chutent de plus de 10%

* Des traders et analystes évoquent une intervention de l'Etat

* Les banques sont menacées d'une dégradation par Moody's (Actualisé avec précisions)

par Matthieu Protard

PARIS, 12 SEPTEMBRE - PARIS, 12 septembre (Reuters) - Les valeurs bancaires françaises BNP Paribas , Crédit agricole et Société générale plongent lundi à l'ouverture de la Bourse de Paris, les investisseurs s'inquiétant de la probable dégradation dans les prochains jours de leur note de crédit par Moody's.

Des traders évoquent aussi des rumeurs de recapitalisation par l'Etat français pour aider les banques à surmonter la crise de la dette publique dans la zone euro.

Dans les premiers échanges, les titres des trois banques françaises chutent de plus de 10%.

BNP Paribas plonge de 11,29% à 26,4250 euros, Crédit agricole de 10,86% à 4,8150 euros. Société générale, dont la capitalisation boursière s'est effondrée de 60% depuis le début de l'année, chute de 10,75% à 15,5850 euros.

Au même moment, l'indice bancaire européen recule de 4,03%.

"Ce sont les rumeurs de downgrade (dégradation, NDLR) des banques françaises par Moody's qui se propagent, les spéculations sur une nationalisation partielle par recapitalisation des banques françaises par l'Etat et les craintes sur la dette de l'Italie qui font chuter les banques", explique un trader parisien qui n'a pas souhaité être cité.

"Crédit agricole, Société générale et BNP Paribas sont menacés par Moody's. L'agence de notation juge le trio trop exposé à la dette grecque", estime Saxo Banque dans une note. "Si la situation empire, alors l'Etat serait forcé d'intervenir pour empêcher la faillite."

Le ministre français de l'Industrie, Eric Besson, a toutefois jugé lundi qu'il était "totalement prématuré" d'évoquer une nationalisation partielle des banques pour les aider à surmonter la crise de la dette au sein de la zone euro. (voir )

En 2008, après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, l'Etat français avait mis sur pied un vaste plan d'aide au secteur bancaire en débloquant une enveloppe de 360 milliards d'euros sous la forme de fonds propres et d'aides au refinancement.

Plusieurs sources ont également indiqué samedi à Reuters s'attendre à ce que les notes de crédit de BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale soient dégradées dans les prochains jours par Moody's.

L'agence, qui avait placé les trois banques sous surveillance avec perspective négative il y a trois mois, doit achever mi-septembre l'examen de leur note. (voir )

Les craintes de contagion de la crise de la dette souveraine à l'Italie plombent aussi les valeurs bancaires.

BNP, Crédit agricole et SocGen ont une exposition cumulée à la dette publique italienne d'environ 37 milliards d'euros. Malgré la décote de 21% appliquée aux titres grecs, les trois groupes ont encore près de six milliards d'euros d'exposition à la dette publique grecque.

La Société générale a de son côté annoncé lundi toute une série de mesures visant à augmenter ses économies et à renforcer ses fonds.

Matthieu Protard, avec Juliette Rouillon et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below