4 mars 2009 / 06:39 / dans 9 ans

LEAD 4 Cdt agricole - Les provisions du T4 déçoivent le marché

* Perte nette de E309 mlns au T4

* Dépréciation de survaleur et provisions sur Emporiki

* Perte nette de E47 mlns en BFI au T4

* Pas de sortie de crise avant fin 2010, selon le DG

(Actualisé avec cours, déclarations de la direction)

par Matthieu Protard

PARIS, 4 mars (Reuters) - Crédit agricole SA (CAGR.PA) a déçu mercredi le marché après la publication de résultats inférieurs aux attentes pour le quatrième trimestre, en raison notamment d‘une forte hausse de ses provisions dans ses activités en Grèce.

Le véhicule coté du groupe Crédit agricole, le premier réseau bancaire français, a fait état d‘une perte nette de 309 millions d‘euros pour les trois derniers mois de l‘année 2008, alors que les analystes attendaient en moyenne un bénéfice net de 21 millions d‘euros, d‘après le consensus Reuters.

Pour l‘année 2008, son bénéfice net ressort toutefois à 1.024 millions d‘euros et le Crédit agricole SA (Casa) va proposer un dividende de 0,45 euro par action au titre de 2008 contre 1,20 euro pour 2007.

Vers 16h30, L‘action reculait en Bourse de 1,2% à 7,01 euros, sous-performant l‘indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes (+2,5%).

A ce cours, elle abandonne 12,5% de sa valeur depuis le début de l‘année après avoir cédé 62,41% en 2008.

“Le résultat net du quatrième trimestre est moins bon que prévu. Le coût du risque a fortement augmenté”, relève Eric Vanpoucke, analyste chez Sal. Oppenheim.

Sur le quatrième trimestre, le coût du risque de Crédit agricole SA a augmenté de près de 36% à 1.614 millions d‘euros, bien au-delà de la prévision la plus pessimiste du consensus Reuters.

“Par contre, les ratios de solvabilité financière sont les meilleurs du secteur, au moins pour la France”, note Eric Vanpoucke.

Son ratio de solvabilité financière “Tier One” ressort à 9,1% au 31 décembre, avec un ratio “core tier one” de 8%.

Bertrand Badré, le directeur financier de Casa, a confirmé, lors d‘une conférence de presse, que la banque ne sollicitera pas une nouvelle aide de l‘Etat français qui a décidé en janvier de débloquer une nouvelle enveloppe de dix milliards et demi d‘euros pour soutenir les banques françaises.

PAS DE NOUVELLES DÉPRÉCIATIONS PRÉVUES SUR EMPORIKI

En Grèce, le Crédit agricole a indiqué avoir passé 488 millions d‘euros de coût du risque sur Emporiki, sa filiale détenue à 72% et qui a accusé une perte nette de 492 millions d‘euros pour 2008, et constaté une dépréciation de survaleur de 254 millions d‘euros sur cette filiale. [ID:nLQ146625]

Bertrand Badré, le directeur financier de la banque, a déclaré que le groupe n‘avait pas prévu de passer d‘autres dépréciations avant la fin de l‘année en cours sur Emporiki.

Dans la banque de financement et d‘investissement (BFI), sa filiale Calyon, dont les activités sont en cours de réorganisation du fait de la crise financière, affiche une perte nette de 47 millions d‘euros pour le quatrième trimestre.

Pierre Chédeville, analystes chez CM-CIC Securities, souligne, dans sa note de recherche, que ces résultats marquent le “retour à l’équilibre” de la BFI.

Sur le quatrième trimestre, douze milliards d‘euros d‘actifs financiers ont toutefois bénéficié d‘un reclassement comptable, entraînant un impact positif de 498 millions d‘euros dans les comptes de la BFI.

“L‘année a plutôt bien démarré en banque de financement et d‘investissement”, a assuré Bertrand Badré, sans toutefois vouloir dire si ce pôle d‘activité serait bénéficiaire pour le premier trimestre 2009. [ID:nL9378601]

Dans la banque de détail, LCL a vu, au quatrième trimestre, son résultat net reculer de près de 2% à 167 millions d‘euros, suite à une hausse des provisions. La contribution des caisses régionales, dont 25% des résultats remontent dans les comptes de Casa, a quant à elle reculé de 54%.

LES ACQUISITIONS “MAJEURES” SONT ECARTÉES

Georges Pauget, le directeur général de Casa, a estimé que son groupe était armé pour affronter 2009 même s‘il n‘anticipait pas de sortie de crise “avant fin 2010”.

Il a néanmoins exclu toute acquisition majeure pour son groupe, démentant au passage tout intérêt pour la banque espagnole Banco popular POP.MC comme le laissaient entendre ces dernières jours des rumeurs relayées par la presse espagnole.

Le Crédit agricole a toutefois réaffirmé son intérêt pour des partenariats, à l‘image du rapprochement en cours dans la gestion d‘actifs avec Société générale (SOGN.PA).[ID:nLP188870]

Le Crédit agricole négocie par ailleurs le rachat auprès de Natixis (CNAT.PA) d‘une participation de 35% dans Caceis, pour prendre le contrôle de leur filiale commune spécialisée dans les services aux investisseurs. [ID:nLP849849]

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below