3 mars 2009 / 16:27 / il y a 8 ans

Gestion/Axa IM mise sur la gestion des risques et des coûts

PARIS, 3 mars (Reuters) - Après une année de relative résistance face à la crise, Axa IM se prépare à un exercice 2009 difficile et mise sur la gestion de ses risques et de ses coûts.

"Les résultats 2009 seront moins bons qu'en 2008 (...) 2009 ne sera pas facile, car les effets de marché vont affecter une grosse partie de l'année, alors qu'ils n'ont joué qu'au 4e trimestre en 2008", a déclaré mardi Dominique Carrel-Billard, directeur général d'Axa IM, lors d'une présentation de presse consacrée aux résultats de la filiale de gestion du groupe Axa (AXAF.PA).

Ainsi, dans un contexte qui s'annonce rude pour les gérants d'actifs, plombés par la baisse de leurs encours et la paralysie des investisseurs face à la crise, Axa IM anticipe une baisse de ses revenus en 2009 mais n'entend pas pour autant renoncer à son programme d'investissement.

Le groupe projette d'investir 9,0 millions d'euros dans ses systèmes d'information et dans le renforcement de ses équipes de gestion des risques.

Parallèlement, il vise une réduction de ses coûts en jouant sur le recours à la sous-traitance et sur une baisse des dépenses de "train de vie" (voyages, missions) et de marketing.

"A ce stade, nous n'avons pas de projets de suppression d'effectifs", a précisé Dominique Carrel-Billard.

Il s'est également voulu confiant dans la robustesse du modèle opérationnel d'Axa IM, qui a réorganisé ses plate-formes de gestion et rationalisé ses gammes.

Commentant l'activité des deux premiers mois de 2009, Nathalie Boullefort-Fulconis, responsable de la distribution, a indiqué que les investisseurs restaient sur la réserve.

"Les clients de la distribution sont en attente et chez les institutionnels, il y a une grosse activité de réflexion concernant la restructuration des portefeuilles, mais il n'y a pas de flux qui se concrétisent aujourd'hui", a-t-elle dit.

CONSOLIDATION

Alors que la chute des encours met certaines sociétés de gestion indépendantes en grande difficulté, le responsable d'Axa IM s'est dit "toujours preneur d'une acquisition ciblée permettant de compléter le savoir-faire du groupe, "à condition que l'opération présente des synergies et du sens stratégique".

Il a précisé avoir été approché par quatre ou cinq sociétés depuis le début de l'année, avoir "regardé les dossiers" et n'avoir pas donné suite aux discussions.

Contrairement à la grande majorité des gérants d'actifs, qui ont essuyé d'importantes décollectes, Axa IM a fini l'année 2008 en collecte nette positive de près de 2,0 milliards d'euros, grâce à des souscriptions nettes des compagnies d'assurance du groupe (6,0 milliards d'euros) et des investisseurs institutionnels extérieurs (3,0 milliards), qui ont permis de compenser une décollecte de 7,0 milliards d'euros venant des clients particuliers des réseaux de distribution et principalement opérée sur les actions.

Ses encours ont reculé de 12% l'an dernier à 485 milliards d'euros et son chiffre d'affaires a limité sa baisse à 6% (à 1.332 millions d'euros) grâce à la contribution des commissions de surperformance sur des produits alternatifs, notamment immobiliers.

Une baisse des coûts a permis à Axa IM de plus que compenser celle des revenus et d'améliorer son coefficient d'exploitation de 1,6 point à 66%. Le résultat opérationnel s'est inscrit quant à lui en repli de 2% à 271 millions d'euros (+3% à taux de changes constants).

En matière de fonds de hedge funds, essentiellement gérés pour le compte du groupe, Axa IM s'est distingué en engrangeant une collecte nette d'environ 500 millions d'euros (pour un encours de 3,5 milliards), alors que le secteur de la gestion alternative a subi, dans son ensemble, une très forte décollecte. La performance moyenne de la multigestion alternative d'Axa IM est ressortie à -5%, contre une chute moyenne de 19% pour l'industrie.

Interrogé sur l'avenir de la coentreprise entre Axa IM et BNP Paribas IP (BNPP.PA) dans les trackers, dont les encours restent très limités pour un métier qui nécessite d'importants volumes pour être rentable, Dominique Carrel-Billard a simplement indiqué que la réflexion "continuait", ajoutant cependant que la gestion active demeurait le positionnement stratégique d'Axa IM.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below