LEAD 2 Vinci confiant mais vigilant en 2009, CA 2008 +10%

mardi 3 février 2009 20h05
 

 * La croissance du CA de Vinci a ralenti comme prévu en 2008
à 10%, le carnet de commandes a progressé de 8% sur 12 mois
 * Vinci aborde l'exercice 2009 avec "confiance et une
vigilance accrue", pas de prévision chiffrée
 * Le trafic sur les réseaux d'autoroutes a baissé à
périmètre comparable sous l'effet du ralentissement économique
 
 (Avec détails)
 par Gilles Guillaume
 PARIS, 3 février (Reuters) - Vinci (SGEF.PA: Cotation) s'est déclaré
mardi confiant mais vigilant pour l'exercice 2009 après avoir
annoncé comme prévu une hausse limitée à 10% de son activité
l'an dernier.
 Le numéro un mondial du BTP, des concessions et des services
associés, qui possède notamment le réseau autoroutier ASF en
France, a réalisé un C.A. consolidé de 33,5 milliards d'euros
l'an dernier, exactement conforme au consensus réalisé par
Reuters à partir de la moyenne des prévisions de 15 analystes.
 Dans le communiqué, le groupe, qui ne donne pas de prévision
chiffrée pour cette année, observe que l'environnement est plus
difficile et incertain et qu'il aborde 2009 avec "confiance et
une vigilance accrue". Il souligne aussi que le carnet de
commandes de ses pôles contracting - construction et énergie -
se maintient à un niveau proche de ses plus hauts historiques.
Lors de la publication du chiffre d'affaires du troisième
trimestre, le groupe avait confirmé tabler sur une
"consolidation" des marges opérationnelles dans les métiers du
"contracting" et sur une stabilisation de l'endettement.
 Vinci publiera ses résultats annuels complets le 3 mars.
 
 LA CRISE SE FAIT SENTIR DANS LES TRANSPORTS
 La croissance de 10% enregistrée l'an dernier - qui se
compare à une progression de 18,6% en 2007 - est conforme à
l'objectif de Vinci, qui avait dit s'attendre à une progression
"proche de 10%". La croissance organique s'élève à 4,4% en 2008.
 Pour le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires a
augmenté de 2% par rapport à la période identique de 2007 à 8,8
milliards d'euros, conforme là aussi au consensus Reuters.
 Vinci souligne que l'activité s'est "stabilisée à un niveau
élevé" sur les trois derniers mois de l'année.
 Dans une note récente, les analystes de la Deutsche Bank
s'attendaient toutefois à une poursuite de la dégradation du
trafic pour les concessions autoroutières. Et si le chiffre
d'affaires de Vinci Autoroutes a augmenté de 3,2% l'an dernier,
c'est en grande partie grâce à l'ouverture de nouvelles
sections. A réseau stable, le trafic a baissé de 3,3% au
quatrième trimestre à cause notamment d'un retournement pour les
poids lourds à partir de fin septembre (-8,9%), sous l'effet du
ralentissement économique.
 Dans le pôle "contracting", cet impact se ressent aussi sur
les activités construction et entretien des infrastructures de
transport. A données comparables, le chiffre d'affaires de la
division Eurovia a reculé de 0,6% car "la fin de l'année a été
pénalisée de surcroît par les conséquences de la crise
financière, provoquant une baisse de l'activité au 4e
trimestre", indique Vinci dans son communiqué.
 En ce qui concerne le carnet de commandes, la croissance a
ralenti à 8% sur 12 mois - après +12% sur les neuf premiers mois
de l'année - pour ressortir à 23,2 milliards d'euros, soit
environ dix mois d'activité moyenne.
 Le groupe précise que le recul du carnet de commandes des
pôles contracting d'un trimestre sur l'autre est "largement
imputable aux effets de changes défavorables", notamment la
dépréciation de la livres sterling et des monnaies d'Europe
centrale. Mais malgré cela, c'est à l'international que Vinci a
tiré son épingle du jeu l'an dernier avec un bond de 16,8% du
chiffre d'affaires réel, contre une croissance de 6,3% en
France.
 Le titre Vinci, qui a déjà perdu plus de 40% en 2008, 
recule de quelque 12% depuis début janvier, ramenant la
capitalisation boursière du groupe à un peu plus de 13 milliards
d'euros.
 (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)