LEAD 1 HBOS relève ses pertes, Lloyds avertit sur son bénéfice

lundi 3 novembre 2008 10h45
 

LONDRES, 3 novembre (Reuters) - HBOS HBOS.L a relevé lundi à plus de cinq milliards de livres (6,3 milliards d'euros) le montant de ses pertes sur neuf mois liées à des actifs risqués et à des créances douteuses tandis que Lloyds TSB (LLOY.L: Cotation), qui s'apprête à racheter HBOS, a dit que son bénéfice avait souffert.

Les deux banques ont toutefois affirmé que la fusion n'était pas remise en cause et Lloyds a dit qu'elle prévoyait de reprendre le paiement du dividende l'année prochaine, lorsqu'elle aura remboursé les actions préférentielles achetées par Londres.

À 9h42 GMT, l'action HBOS prenait 3,7% à 103 pence après avoir ouvert en hausse de plus de 10%, tandis que l'action de Lloyds perdait 2,87% à 192,5 pence alors qu'elle avait commencé la séance sur un bond de 2%

Lloyds a également relevé à 1,5 milliard de livres sa prévision de réduction des coûts qui sera réalisée grâce à la fusion.

Sa cible HBOS a indiqué que ses dépréciations et pertes enregistrées en raison de créances douteuses sur neuf mois s'élevaient à 5,2 milliards de livres, avec une hausse de 2,7 milliards de livres enregistrée lors du troisième trimestre.

Les pertes imputables à des actifs liés à des crédits structurés s'élevaient à 1,8 milliard de livres à la fin du mois de septembre, contre 1,1 milliard à la fin du mois de juin.

Dans sa banque de détail, les pertes liées aux créances douteuses montent à 1,2 milliard de livres et elles ont plus que triplé à 1,7 milliard de livres dans son métier de banque d'entreprise à la fin septembre.

Lloyds a indiqué que son bénéfice lors des neuf premiers mois de l'exercice avait également chuté nettement en raison de la crise financière et de la hausse du montant des créances irrécouvrables.

La banque s'attend à déprécier 300 millions de livres d'actifs supplémentaires lors de la deuxième moitié de l'année en raison d'un accroissement des pertes liés à des crédits non performants à des entreprises et prédit 120 millions de charges de dépréciation supplémentaires imputables à la baisse des prix de l'immobilier.   Suite...