April 3, 2009 / 10:39 AM / 8 years ago

Givaudan flambe après un T1 sans mauvaise surprise

3 MINUTES DE LECTURE

ZURICH, 3 avril (Reuters) - Givaudan GIVN.VX brille vendredi matin en Bourse, les investisseurs saluant des ventes rassurantes au premier trimestre 2009 qui n'ont pas nécessité d'annonce sur une augmentation de capital.

Vers 12h30, l'action du numéro un mondial des parfums et des arômes gagne 9,85% à 641 francs alors que l'indice des principales capitalisations .SLI perd 0,35%. Le titre a perdu près de 30% de sa valeur depuis le début de l'année.

Jon Cox, analyste chez Kepler Capital Markets, explique que le groupe a ainsi fourni un cinglant démenti aux rumeurs d'une augmentation de capital qui avaient plombé le titre tout au long de la semaine et avaient vu le jour dans le sillage des résultats annuels jugés décevants.

Le chiffre d'affaires a reculé de 7,3% à 976,1 millions de francs au premier trimestre 2009, après 1.052,8 millions un an plus tôt. En monnaies locales, la baisse ressort à 2,6%, indique dans un communiqué le groupe genevois.

L'entreprise impute cette contraction au fort destockage à travers toute la chaîne d'approvisionnement depuis le dernier trimestre 2008.

Les ventes de la division Parfums ont reculé de 10,4% en francs à 438,4 millions, après 489,1 millions, tandis que celles du segment Arômes se sont repliées de 4,6%, à 537,7 millions, au lieu de 563,7 millions.

Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre d'affaires de 999 millions, dont 460 millions pour les Parfums et 539 millions pour les Arômes.

Pour 2009, Givaudan s'attend à croître plus vite que le marché sous-jacent qui devrait résister à la faible économie, selon le groupe qui n'exclut toutefois plus des suppressions d'emplois. "Cela dépendra de l'évolution des marchés", a indiqué vendredi un porte-parole du groupe à Reuters.

Givaudan se dit par ailleurs confiant d'atteindre son objectif de 200 millions de francs d'économies en 2010 et de retrouver une marge Ebitda de 22,7%, niveau d'avant l'acquisition de Quest, l'année prochaine.

Le groupe voit encore du potentiel pour des économies et l'amélioration des marges, même au-delà de 2010, et se dit confiant en ce qui concerne la croissance dans les marchés émergents et l'Europe de l'Est.

Les analystes saluent la performance mais Daniel Bürki à la Banque Cantonale de Zurich souligne que les effets de change ont impacté la performance plus que prévu. "Même Givaudan commence à ressentir le ralentissement économique", remarque-t-il.

Pascal Schmuck, édition Silke Koltrowitz

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below