5 juillet 2009 / 17:20 / il y a 8 ans

A. PAPIER Les premiers résultats donneront le ton à Wall Street

par Leah Schnurr

NEW YORK, 5 juillet (Reuters) - Le coup d‘envoi cette semaine de la nouvelle saison des résultats trimestriels s‘annonce décisif à Wall Street alors les investisseurs guettent les signes avant-coureurs d‘une reprise qui tarde à se manifester.

Depuis les plus bas enregistrés en mars, les indices boursiers ont montré de nets signes de rémission, l‘indice Standard & Poor’s 500 .SPX affichant jusqu’à 40% de progression, mais les dernières semaines ont été poussives, les marchés alternant entre optimisme et découragement.

Alors que l‘agenda des indicateurs économiques est peu chargé, l‘attention se concentrera sur les premiers résultats trimestriels de groupes emblématiques comme le géant de l‘aluminium Alcoa (AA.N) ou la major pétrolière Chevron (CVX.N).

Le moindre de leur commentaire et leurs prévisions annuelles seront également également observés et disséqués avec la plus grande attention.

“Je pense que nous évoluons dans des marges étroites actuellement (sur les marchés boursiers) et que cela va durer un certain temps”, estime Paul Nolte, responsable de l‘investissement chez Hinsdale Associates, dans l‘Illinois.

“La saison des résultats devrait briser ce cycle car on s‘attend au moins à un certain rebond de ces résultats, particulièrement dans le secteur bancaire”, ajoute-t-il.

Scott Marcouiller, stratège actions chez Wells Fargo Advisors estime de son côté que “sur le front des résultats, les chiffres vont être vilains mais moins mauvais, comme cela a été le cas pour les indicateurs économiques”.

Pour les analystes, les sociétés devraient dans leur ensemble être capables de dépasser des attentes, situées, il est vrai, à un niveau relativement bas.

Les résultats des composantes du S&P 500 devraient en moyenne reculer de 35,5% au deuxième trimestre, selon des données de Thomson Reuters. Les performances des dix grands secteurs d‘activité devraient baisser, la santé étant la mieux lotie avec un recul attendu limité à 2%. Les secteurs des matériaux et de l’énergie seraient eux en queue de peloton, avec un plongeon respectif de 78,9 et 64,7%.

LES PREVISIONS PASSÉES AU PEIGNE FIN

Du côté des entreprises, des prévisions de rentabilité et d‘amélioration de la demande des consommateurs pour le reste de l‘année renforceraient l‘optimisme sur une meilleure tenue de l’économie américaine.

Pour certains analystes, les investisseurs, avides de signaux réels d‘amélioration, ne se contenteront pas de réductions de coûts ou d‘effectifs, comme lors des trimestres précédents.

Depuis mars, les mouvements de reculs des marchés actions ont été relativement limités dans leur ampleur et de courte durée, les investisseurs qui ont manqué un premier rally profitant de creux du marché pour se renforcer.

Sur le front des indicateurs, on examinera notamment lundi l‘indice ISM des services pour juin et jeudi les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage, plus suivis que de coutume après les chiffres de l‘emploi moroses publiés jeudi [ID:nL21031319].

“Si les inscriptions au chômage continuent à croître, cela va probablement commencer à jeter un doute sur la vigueur de la reprise”, juge John Praveen, stratège investissement chez Prudential International Investments Advisers, à Newark, dans le New Jersey.

Version française Stanislas Dembinski, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below