29 janvier 2008 / 14:46 / il y a 10 ans

LEAD 2 Countrywide Financial - Nouvelle perte au T4

(actualisé avec Bank of America et la réaction en Bourse)

NEW YORK, 29 janvier (Reuters) - Countrywide Financial CFC.N, le numéro un du crédit hypothécaire aux Etats-Unis en passe d'être racheté par Bank of America (BAC.N), a publié mardi une deuxième perte trimestrielle consécutive, toujours sous le d'une multiplication de défauts de remboursement dans un marché immobilier en crise depuis l'été.

Le directeur général de Bank of America (BAC.N), Kenneth Lewis, a déclaré que ces résultats étaient cohérents avec les attentes de sa banque et que "tout est en place" pour réaliser l'acquisition du numéro un américain du crédit hypothécaire.

"Les éléments provoquant la perte sont cohérents avec notre examen des comptes (de Countrywide) et avec le montant de la transaction", a déclaré Lewis, lors d'une conférence sur les services financiers organisée par Citigroup.

Les résultats de Countrywide, a-t-il ajouté, reflètent une "spectaculaire" amélioration des fondamentaux de l'activité hypothécaire.

L'action Countrywide, qui a perdu quelque 85% de sa valeur en un an, s'adjugeait 4% à 6,20 dollars à la suite de ces propos, qui rassurent les investisseurs sur la probabilité du rachat de l'établissement.

La perte nette sur les trois mois à fin décembre s'est établie à 422 millions de dollars, soit 0,79 dollar par action, contre un bénéfice de 622 millions il y a un an (1,01 dollar), sous le coup notamment de plus de 900 millions de dollars de provisions passées pour pertes sur créances.

Countrywide Financial, l'une des principales victimes de la crise du crédit immobilier aux Etats-Unis, avait dit le 26 octobre anticiper une perte nette comprise entre 0,25 et 0,75 dollar par action au quatrième trimestre.

Selon le consensus Reuters Estimates, les analystes attendaient en moyenne une perte de 0,32 dollar par action pour la période. Avant la perte de 1,2 milliard de dollars du troisième trimestre, les comptes de l'entreprise n'avaient jamais été dans le rouge depuis 25 ans.

L'entreprise basée à Calabasas (Californie) a souligné que plus d'un contracteur de prêt "subprime" sur trois accusait un retard dans ses remboursement à fin décembre (33,64%) alors que le taux de défaut était de 29,08% à fin septembre.

Countrywide a ajouté qu'elle également constaté une augmentation des retards de paiement dans ses prêts immobiliers classiques.

"Même s'ils sont en nette amélioration par rapport au trimestre précédent, les résultats continuent d'être affectés par la détérioration du crédit et par l'absence persistance de l'absence de liquidités dans les marchés de prêts immobiliers secondaires", déclaré Angelo Mozilo, cofondateur et directeur général de l'entreprise.

Pour l'ensemble de 2007, les pertes de Countrywide Financial s'élèvent à 704 millions de dollars, soit 2,03 dollars par action.

HAUSSE DES SAISIES

Bank of America avait fait savoir le 11 janvier qu'il acceptait d'acheter Countrywide pour quelque 4 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros).

L'opération valorise l'établissement à 7,16 dollars l'action mais les cours n'a cessé de chuter depuis à la suite de bruits de marché prêtant à Bank of America l'intention de renégocier le rachat, éventualité démentie à plusieurs reprises par Kenneth Lewis, patron de la deuxième banque américaine.

Countrywide Financial a dit qu'elle n'organiserait pas de conférence téléphonique pour commenter ses résultats, en raison du rapprochement avec Bank of America. Kenneth Lewis doit normalement s'exprimer dans la journée lors d'une conférence consacrée aux services financiers organisée par Citigroup.

Countrywide et Angelo Mozilo sont sous le feu des critiques depuis des mois, accusés notamment d'avoir favorisé la crise des "subprime" en encourageant des pratiques commerciales laxistes en matière d'octroi de crédit.

Le groupe a accordé en 2007 quelque 408 milliards de dolars de crédit, soit environ un sixième de l'ensemble des prêts immobiliers aux Etats-Unis. Mais les nouveaux prêts ont fortement diminué au fil des mois, le groupe voyant se restreindre son propre accès aux marchés du crédit.

Il a complètement arrêté de distribuer certains des produits à taux variables et des prêts "subprime", c'est à dire accordés à des emprunteurs offrant peu de garantie de solvabilité, à l'orgine de la crise actuelle.

Selon des données publiées mardi par RealtyTrac, le nombre de procédures de saisie a bondi de 75% en 2007 par rapport à 2006, un cinquième d'entre elles ayant été enregistré en Californie.

Countrywide a supprimé 11.000 emplois, soit 18% de son effectif total, entre août et décembre 2007 et le volume de prêts accordés a chuté de 44% à 69,2 milliards de dollars.

Angelo Mozilo, l'un des dirigeants d'entreprise les mieux payés aux Etats-Unis, a annoncé lundi qu'il renonçait aux 37,5 millions de dollars qu'il aurait pu empocher à la suite du rachat de son groupe. /BVO/DR

Jonathan Stempel, version française Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below