LEAD 2 AIG déprécie $11,12 mds de CDS et perd $5,3 mds au T4

vendredi 29 février 2008 10h36
 

NEW YORK, 29 février (Reuters) - Le numéro un mondial de l'assurance American International Group (AIG.N: Cotation) a annoncé jeudi soir la plus lourde perte trimestrielle de son histoire en raison de plus de 11 milliards de dollars de dépréciations sur son portefeuille de dérivés de risque de crédit (CDS).

La perte nette trimestrielle d'AIG est ressortie à 5,29 milliards de dollars, du jamais vu depuis la création de la compagnie il y a 89 ans, entraînant une chute de 55,9% du bénéfice de l'exercice 2007, à 6,20 milliards de dollars contre 14,05 milliards en 2006.

Le résultat du quatrième trimestre comprend une charge comptable de 11,12 milliards de dollars de dépréciations sur le portefeuille de CDS (credit default swap) géré par sa filiale AIG Financial Products. Sur l'ensemble de 2007, ces dépréciations de CDS atteignent 11,47 milliards de dollars.

Les analystes relèvent que les difficultés d'AIG sont symptomatiques des problèmes plus globaux rencontrés par les services financiers et que d'autres mauvaises nouvelles sont sans doute encore à venir pour le secteur.

Ils estiment qu'AIG pourrait aussi être pénalisé par d'autres éléments de la crise du crédit, si celle-ci s'étend aux prêts commerciaux, notamment l'immobilier d'entreprise.

Après ajustement, la perte nette d'AIG au quatrième trimestre ressort à 3,2 milliards de dollars, contre un bénéfice de 3,85 milliards un an plus tôt, et la perte par action atteint 1,25 dollar alors que le marché n'attendait que 15 cents, selon Reuters Estimates.

En réaction, l'action de l'assureur a abandonné 2,6% à 48,83 dollars dans les transactions électroniques d'après-clôture à Wall Street.

Le directeur général de la compagnie, Martin Sullivan, n'a pas exclu d'autres dépréciations tout en estimant que la détérioration du portefeuille de CDS ne se matérialiserait pas sur le long terme.

"En 2008, nous anticipons que le marché immobilier américain restera faible et que l'incertitude persistera sur le marché du crédit", a-t-il dit dans un communiqué. /DR

(Lilla Zuill, version française Dominique Rodriguez)