LEAD 2 Axa se montre prudemment optimiste pour 2008

jeudi 28 février 2008 17h39
 

 (Actualisé avec les déclarations de Henri de Castries)
 par Pascale Denis
 PARIS, 27 février (Reuters) - Axa (AXAF.PA: Cotation) s'est montré
prudemment optimiste pour 2008 après des résultats annuels en
forte hausse, conformément aux attentes des analystes, et
marqués par un ralentissement de la progression du résultat
opérationnel au 2e semestre dans un contexte de marché dégradé.
 "Si les marchés se stabilisent au niveau actuel, le chiffre
d'affaires et le résultat d'Axa seront en progression", a
déclaré Henri de Castries, président du directoire, lors de la
présentation à la presse des résultat annuels du groupe.
 "Si le marché ne fait que baisser, c'est sûr que les
perspectives seront moins bonnes", a-t-il cependant ajouté.
 Il a estimé que le groupe restait parfaitement en ligne avec
son plan stratégique de long terme "Ambition 2012", qui prévoit
notamment une progression moyenne du résultat opérationnel par
action de 15% par an entre 2004 et 2012. 
 "Nous avons pris de l'avance, puisque nous sommes à 22% en
moyenne depuis 2004. En 2008, si rien ne change, la croissance
du résultat opérationnel sera plus faible, ce qui ne remet pas
en cause notre plan car nous ne pensons pas que la dégradation
des marchés soit durable", a précisé Henri de Castries en
réponse à une question.
 Il a également dit anticiper qu'Axa traverse la crise
actuelle "sans grand dommage" grâce à la solidité de son modèle
opérationnel, observant que les assureurs ne sont plus du tout
dans la même situation que durant la crise des années 2001-2003.
 
 NIVEAUX "RELATIVEMENT ABSURDES"
 Il a reconnu que les turbulences des marchés et la
concurrence des produits bancaires pouvaient avoir un impact sur
les activités d'assurance vie-épargne retraite d'Axa, tout en
jugeant là ausi que cet impact ne remettait pas en cause les
objectifs de long terme du groupe. Il a également qualifié de
"très exceptionnels et relativement absurdes" les niveaux de
valorisation des assureurs en Bourse. 
 Lors de la présentation des résultats, Axa a fait le point
sur son exposition au subprime, précisant que la solidité de son
bilan n'était pas affectée par la crise.
 Le groupe a indiqué que sur les 298 milliards d'euros
d'investissement obligataires de l'actif général, ceux investis
sur des produits de titrisation de crédits hypothécaires
américains totalisaient 1,6 milliard d'euros et ceux investis en
obligations synthétiques (CDO) 1,8 milliard. 
 Les investissements d'Axa en CDO de subprime américain
s'élevaient à moins de 100 millions d'euros.
 L'impact de la mise en valeur de marché des ABS est ressorti
à -1,5 milliard d'euros, soit 600 millions net de la
participation des assurés, dont 300 millions comptabilisés au
compte de résultat et 300 millions dans les capitaux propres.
 Axa a également précisé que ses investissements nets en
obligations assurées par les rehausseurs de crédit s'élevaient à
800 millions d'euros et a dit n'avoir pas d'investissement
direct "significatif" dans les actions ou les titres
obligataires émis par les rehausseurs de crédit. 
 
 CHIFFRES EN LIGNE AVEC LES ATTENTES
 Henri de Castries a aussi reconnu que la présence d'Axa dans
les pays émergents était insuffisante, ajoutant que la politique
d'acquisitions dans les zones où Axa s'est récemment renforcé
(Asie, Mexique, bassin méditerranéen, Europe de l'Est, Russie)
serait poursuivie.
 Au total, Axa a procédé à 3,4 milliards d'euros
d'acquisitions en 2007. Le groupe a poursuivi sa croissanace
externe fin 2007 et début 2008, pour un investissement total de
2,2 milliards d'euros, au Mexique et en Russie.
 Le résultat opérationnel du groupe s'est inscrit en hausse
de 27% en 2007 à 4.963 millions d'euros (un chiffre conforme au
consensus de 4.979 millions des analystes interrogés par
Reuters), dopé par l'acquisition du suisse Winterthur, fin 2006.
 A données comparables, la progression ressort à 15%, en
retrait par rapport à celle de 19% enregistrée au premier
semestre.
 En assurance vie, le résultat opérationnel augmente de 10%
en base comparable et la valeur des affaires nouvelles de 8% à
1.772 millions d'euros, après 9% au premier semestre. La marge
reste stable à 23%.
 En dommage, il progresse de 8% en comparable et le ratio
combiné se dégrade à 97,6, contre 96,9% en 2006, en raison de la
baisse du résultat technique due aux catastrophes naturelles.
 Après des plus-values réalisées de 1.175 millions d'euros,
supérieures à la fourchette initialement prévue par le groupe
(800 millions à un milliard d'euros), le résultat courant
progresse de 14% à données comparables (à 6.138 millions
d'euros, contre 6.084 millions attendus par les analystes).
 Le titre a clôturé en baisse de 3,15% à 23,09 euros,
sous-performant l'indice sectoriel européen  (-1,6%).
 "Les chiffres sont sans mauvaise surprise (...) et L'impact
des produits structurés est limité", commente un analyste
financier, qui note une inflexion dans la tonalité des
prévisions faites pour 2008, en demi-teinte par rapport aux
précédentes.
 Le résultat net atteint quant à lui 5.666 millions d'euros
(5.767 millions attendus), progressant de 7% en comparable,
l'impact négatif de 596 millions d'euros lié à l'évolution en
juste valeur des actifs financiers, ayant été partiellement
compensé par un impact positif de 480 millions d'euros provenant
de la cession des activités d'Axa aux Pays-Bas.
 L'embedded value du groupe ressort à 35 milliards d'euros,
en baisse d'un milliard. /PD
 Pour consulter le tableau des résultats [ID:nPAT008768]
 
 (Pascale Denis)