27 mars 2008 / 16:26 / il y a 10 ans

LEAD 1 Wendel-Hausse du net, le financement de St-Gobain rassure

par Pascale Denis

PARIS, 27 mars (Reuters) - Après une année marquée par une importante modification de son portefeuille, Wendel (MWDP.PA) a vu son résultat net plus que doubler en 2007, à la faveur d‘une importante plus-value, et a rassuré le marché sur les modalités de son investissement dans Saint-Gobain (SGOB.PA).

Le résultat net part du groupe a atteint 879 millions d‘euros, contre 365 millions un an auparavant, après un élément exceptionnel de 486 millions d‘euros, intégrant notamment la plus-value de dilution réalisée sur les titres Bureau Veritas (BVI.PA) lors de son introduction en Bourse.

Le résultat net des activités des sociétés dans lesquelles Wendel détient des participations est ressorti à 408 millions d‘euros, en hausse de 13%.

En 2007, Wendel a mis en Bourse Bureau Veritas, dont il conserve environ 63%, a cédé ses 2,4% dans Neuf Cegetel et est entré au capital de saint-Gobain.

Interrogé sur l’évolution du marché du capital investissement, asséché par la crise du crédit, Jean-Bernard Lafonta, président du directoire, s‘est voulu rassurant.

“Il faudra attendre quelques trimestres avant la réouverture du marché du ‘private equity’”, a-t-il dit, en marge d‘une conférence consacrée aux résultats annuels de la société.

“Nous avons un bilan liquide, dans des marchés incertains (...) Notre trésorerie disponible est à un niveau jamais atteint (...) Quand nous aurons un retour à la normale (des conditions de crédit), nous retrouverons un marché très attractif”, a-t-il prédit.

Malmené en Bourse par la baisse de la valorisation des sociétés détenues en portefeuille - la valeur a cédé 12% en 2007 et 23% depuis le début de l‘année - le titre s‘offre un rebond jeudi.

MODALITES JUGEES RASSURANTES

Vers 17h00, il avance de 4,3% à 79,39 euros à la Bourse de Paris, à la faveur surtout des indications données par la société sur les modalités du financement de son investissement dans Saint-Gobain (SGOB.PA), jugées rassurantes.

Wendel, qui a annoncé mercredi soir être monté à 20,6% du capital du groupe de matériaux de construction, a précisé avoir acquis des protections contre la baisse du titre, portant sur environ 40% de son investissement. Plus de détails [ID:nL26762028]

“Ce qui intéresse les analystes, c‘est surtout le financement de l‘investissement dans Saint-Gobain”, a commenté l‘un d‘entre eux. “La protection prise contre la baisse du titre a rassuré le marché (...) Ils minimisent leurs appels de marge”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur le niveau du prix d‘exercice des options, Jean-Bernard Lafonta a botté en touche, compte tenu, a-t-il dit, de l‘intérêt porté par les hedge funds à ce type d‘information.

Depuis l‘entrée de Wendel dans Saint-Gobain, le titre du groupe de matériaux de construction a perdu 28%, alors que l‘indice du secteur .SXOP a cédé 16%.

La notation de solidité financière de Wendel a été abaissée, fin janvier, par l‘agence S&P de BBB/A-2 à BBB-/A-3, qui a placé ses notes sous surveillance avec implication négative en raison de la baisse du cours de Bourse de ses participations, principalement celle de Saint-Gobain.

Wendel a précisé disposer, au 26 mars, “libres de natissement”, de 1,3 milliard d‘euros de trésorerie et de 3,3 milliards d‘euros d‘actifs cotés hors Saint-Gobain, ainsi que d‘un crédit syndiqué à cinq ans de 1,25 milliard d‘euros non utilisé.

Il a également indiqué que ses échéances obligataires s’étalaient entre 2011 et 2017.

Voulant profiter de l‘affaiblissement du cours de Bourse de la société, Ernest-Antoine Seillière, président du conseil de surveillance, a annoncé que la holding familiale entendait se renforcer dans le capital de Wendel.

“L‘affaiblissement du cours (de Bourse) justifie un renforcement de la position du groupe familial”, a-t-il déclaré. Plus de détails [ID:nL27807436]

Jean-Bernard Lafonta, qui n‘a pas exclu que Wendel vende sa participation dans Editis [ID:nL27378458] et Stallergènes GENP.PA [ID:nL2742769], a démenti des informations de presse prêtant à KKR l‘intention de sortir de Legrand (LEGD.PA), dont il est actionnaire à 30%, comme Wendel. “Chacun fait son miel comme il peut”, a-t-il ironisé, évoquant de “fausses rumeurs récurrentes”. /PD

Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below