La Poste - Résultat net 2007 +16%; dividende de 141 mlns d'euros

jeudi 27 mars 2008 14h20
 

PARIS, 27 mars (Reuters) - La Poste a publié jeudi un bénéfice net en hausse de 16% pour 2007, franchissant une nouvelle étape dans la voie de l'amélioration de sa rentabilité qui doit lui permettre de rejoindre les meilleurs opérateurs européens à l'horizon 2012.

Le résultat net, part du groupe, est ressorti à 943 millions d'euros, contre 812 millions en 2006. Un dividende de 141 millions d'euros sera versé à l'Etat, ce qui est une première. Etablis pour la première fois en normes comptables IFRS, les comptes 2007 ont également fait apparaître un résultat d'exploitation en progression de 36%, à 1.285 millions, sur des revenus de 20.819 millions, en hausse de 3,4%.

La marge d'exploitation a augmenté de 1,5 point, à 6,2%, soit plus que les 5,8% visés en débuit d'exercice. Elle a profité notamment de la poursuite de la baisse du taux de cotaisation retraite des agents fonctionnaires de l'établissement, passé l'an dernier de 53,6% à 44,55%, qui a permis de limiter l'évolution des coûts à +1,8%.

L'activité courrier a vu ses revenus progresser de 2,1% à périmètre et change constants, à 11.572 millions d'euros, malgré des volumes en retrait de 1% (hors effet des contrats de distribution des plis électoraux".

Ceux de la messagerie se sont accrus de 6,8% à données comparables, pour atteindre 3.171 millions, et ceux de l'activité colis de 7,4%, à 1.330 millions, grâce à l'essor du commerce électronique, ce dernier contribuant pour 10% au chiffre d'affaires de la branche.

La Banque postale, qui n'a pas été impactée par la crise des "subprimes", a enfin enregistré une hausse de 5% de son produit net bancaire, à 4.712 millions.

Les investissements de La Poste ont atteint l'an passé 1.314 millions d'euros, dont 110 millions pour des opérations de croissance externe dans la messagerie à l'étrange.

Sa capacité d'autofinancement (1.485 millions) lui a permis de les financer en totalité et tout en permettant une légère baisse de la dette, à 5.891 millions d'euros, soit l'équivalent de 1,8 fois les capitaux propres contre 2,3 fois en 2006.

L'établissement souligne que l'activité de début 2008 est globalement en ligne avec ses attentes et se dit confiant d'atteindre les objectifs qu'il s'est fixés pour l'exercice, "sous l'hypothèse d'un environnement réglementaire et économique stable". /YLG

(Yann Le Guernigou)