LEAD 3 Bouygues - Ebit 2007 jugé décevant, CA +9% en vue en 2008

mercredi 27 février 2008 17h00
 

 (Actualisé avec la conférence de presse)
 par Cyril Altmeyer
 PARIS, 27 février (Reuters) - Bouygues (BOUY.PA: Cotation) a annoncé
mercredi un résultat d'exploitation annuel inférieur aux
attentes, en partie lié à des performances décevantes de
Bouygues Telecom au quatrième trimestre, mais a agréablement
surpris par ses prévisions de chiffre d'affaires pour 2008.
 Le groupe de B-TP et de communications table sur une
croissance de 9% de son chiffre d'affaires en 2008, à 32,3
milliards, soit plus que ne l'anticipait jusqu'ici le consensus
(30,8 milliards pour Reuters Estimates).
 Il prévoit des hausses de 40% pour Bouygues Immobilier, 10%
pour Bouygues Construction, 7% pour Colas (COLP.PA: Cotation)
(construction de routes), 4% pour Bouygues Telecom et 2% pour
TF1 (TFFP.PA: Cotation). Bouygues Construction et Colas affichent des
carnet de commandes respectifs de 11,3 milliards d'euros (+30%)
et 6,6 milliards d'euros (+19%) à fin décembre.
 Le groupe compte également verser un dividende de 1,50 euro,
en hausse de 25%, au-dessus du consensus de 1,42 euro de Reuters
Estimates.
 Le résultat opérationnel, en hausse de 15%, est ressorti à
2.181 millions d'euros, sensiblement en deçà des 2.295 millions
attendus par le consensus Reuters Estimates. 
 L'action perd 6,69% à 47,45 euros vers 16h45. Dexia a
abaissé son objectif de cours sur la valeur de 77 à 70 euros
tout en restant à l'achat.
"La déception porte sur Bouygues Telecom, dont la marge
ressort à 16% au quatrième trimestre alors que j'attendais près
de 22%, mais les perspectives 2008 sont très nettement au-dessus
du consensus et le titre devrait se reprendre", a résumé un
analyste.
 Philippe Montagner, président du troisième opérateur mobile
français, a expliqué lors d'une conférence de presse que
Bouygues Telecom avait augmenté ses coûts d'acquisition et de
fidélisation pour faire face à l'offensive de l'iPhone d'Apple
APPL.O commercialisé par Orange FTE.PA et des offres
"Illimythics" de SFR (VIV.PA: Cotation)(VOD.L: Cotation).
 Les analystes soulignent que l'extension en mars du forfait
"Neo", permettant désormais de passer des appels illimités dès
18h00, devraient encore peser sur les marges de l'opérateur.
 
 PAS DE "BOX" ADSL AVANT DEBUT 2009
 Philippe Montagner a également déclaré à Reuters que le
lancement de la 'Box' ADSL de Bouygues Telecom n'interviendrait
pas avant le début 2009 après un test auprès de la clientèle à
partir d'octobre. Bouygues Telecom a conclu en septembre un
accord avec Neuf Cegetel NEUF.PA lui permettant d'utiliser son
réseau de téléphonie fixe pour une offre ADSL annoncée pour le
"courant 2008" par le groupe. 
 Martin Bouygues, P-DG du groupe, a réaffirmé son intérêt
pour le fournisseur d'accès à internet Alice, que Telecom Italia
(TLIT.MI: Cotation) pourrait mettre en vente.
 Bouygues Telecom comptait 9,26 millions de clients au 31
décembre, contre 8,92 millions au 30 septembre et 8,72 millions
fin 2006. SFR en revendique 18,77 millions au 31 décembre et le
leader du marché, Orange, 24,23 millions. La proportion de
clients ayant souscrit un forfait ressort à 73,1% contre 73,7% à
fin septembre et 71,6% fin 2006.
 Le résultat net part du groupe de Bouygues a progressé de
10% à 1.376 millions d'euros, en ligne avec le consensus Reuters
Estimates arrêté au 26 février, qui tablait sur 1.391 millions.
 Hors résultats liés aux sociétés cédées (TPS et Bouygues
Telecom Caraïbe), le résultat net ressort en hausse de 32% par
rapport à 2006.
 Il inclut 187 millions d'euros pour la quote-part du
résultat net d'Alstom (ALSO.PA: Cotation), dans lequel Bouygues a porté sa
participation de 25% à 30% du capital en 2007. L'incidence nette
de l'investissement de Bouygues dans Alstom s'établit à 99
millions.
 A la question d'une éventuelle nouvelle montée dans Alstom
cette année, Martin Bouygues a répondu : "Nous n'avons pas de
projet de cette nature pour 2008 (...). Rien n'est déterminé".
 Bouygues a fait part de son intérêt pour participer à la
recomposition du secteur nucléaire en France, alimentant des
spéculations sur un rapprochement entre Areva CEPFi.PA et
Alstom.
 En réponse aux déclarations d'Anne Lauvergeon, présidente du
directoire d'Areva, qui a réaffirmé mardi que les synergies
industrielles entre les deux groupes seraient "extrêmement
limitées ou inexistantes", Martin Bouygues a rétorqué : "S'il y
avait une fusion entre Alstom et Areva, cela ne veut pas dire
qu'une centrale nucléaire serait forcément équipée de turbines
Alstom (...), mais cela serait un élément très favorable pour
optimiser la combinaison dans la centrale. Sur le plan technique
et technologique, ce ne peut être que meilleur".
 "La superposition des réseaux commerciaux d'Alstom et
d'Areva ne peut être que positive", a-t-il ajouté. /CA