LEAD 1 Soutien au refinancement hypothécaire aux USA

mercredi 27 février 2008 18h20
 

WASHINGTON, 27 février (Reuters) - Les deux spécialistes américains du refinancement hypothécaire Fannie Mae FNM.N et Freddie Mac (FRN.N: Cotation) ont obtenu mercredi le feu vert des autorités fédérales pour investir davantage sur ce segment du marché du crédit, ce qui pourrait apporter de l'argent frais pour stabiliser un marché immobilier en pleine crise.

L'office fédéral de tutelle de Fannie Mae et Freddie Mac a annoncé qu'il relèverait à partir du 1er mars le plafond du volume de refinancement hypothécaire que les deux établissements peuvent accorder.

La mesure leur donnera plus de souplesse pour investir sur le marché immobilier. Mais les deux établissements doivent toujours conserver des réserves financières importantes pour faire face à de possibles pertes, ce qui limitera leur capacité à étendre leurs actifs hypothécaires à court terme.

Le président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke, lors de son audition devant la commission des services financiers de la Chambre des Représentants, a lui-même déclaré qu'il encourageait Fannie Mae et Freddie Mac à lever de l'argent frais pour continuer à être en mesure d'assurer leur mission.

L'initiative de l'office fédéral de tutelle du refinancement hypothécaire (Office of Federal Housing Enterprise Oversight) a été prise dans la foulée de la publication des résultats de Fannie Mae, qui a accusé au quatrième trimestre 2007 une perte plus lourde que prévu.

La perte trimestrielle a atteint 3,6 milliards de dollars et Fannie Mae, le numéro un du secteur, a en outre dit s'attendre à une aggravation significative de la crise immobilière.

Il a prévenu qu'il subirait des pertes plus lourdes que ce qu'il anticipait il y a trois mois en raison de l'accélération de la chute des prix des logements, qui devrait grossir encore le nombre de défauts de paiement et de déchéances des droits de propriété.

Fannie Mae a expliqué que ses résultats avaient en grande partie été plombés par une perte de 3,2 milliards de dollars liées à des contrats sur des dérivés, auxquels l'établissement a eu recours pour couvrir son portefeuille d'investissements affecté par la baisse des taux d'intérêt.

L'augmentation du nombre des emprunteurs qui se retrouvent dans l'impossibilité d'honorer leurs traites a également contraint Fannie Mae à déprécier la valeur de ses valeurs mobilières et à accroître ses provisions pour créances douteuses.

L'action Fannie Mae, qui perdait quelque 6% à Wall Street, s'est retourné à la hausse après la bouffée d'air promise par son organisme tutélaire et a fait un bond de quelque 13% avant de revenir à un gain de 5,5% dans l'après-midi.

Le titre Freddie Mac prenait quant à lui 4%. /DR