June 26, 2008 / 10:04 AM / in 9 years

LEAD 1 Banques - Noyer souligne le "degré élevé d'incertitude"

5 MINUTES DE LECTURE

PARIS, 26 juin (Reuters) - L'activité bancaire demeure confrontée à un niveau élevé d'incertitude et le système bancaire français n'est pas l'abri de nouveaux développements négatifs de la crise financière, a estimé jeudi le gouverneur de la Banque de France.

Les développements de la crise financière et "le cas exceptionnel de la fraude dont la Société générale (SOGN.PA) a été l'objet" ont souligné la nécessité de renforcer le contrrôle interne dans les banques, a précisé Christian Noyer lors d'une conférence de presse de présentation du rapport annuel de la Commission bancaire, l'organe de supervision du système bancaire français, dont il est le président.

Il a annoncé une révision à venir du règlement de la Commission bancaire concernant le contrôle interne. Plus de détails [ID:nL26598429]

"L'exercice de l'activité bancaire reste marqué par un degré élevé d'incertitude en 2008", a prévenu le gouverneur de la Banque de France.

"Les résultats des grandes banques (françaises) au cours du premier trimestre 2008 (...) démontrent l'effet persistant des risques liés à la crise, avec des pertes de valorisation d'actifs et une hausse du coût du risque", a souligné Christian Noyer.

Il a rappelé que la profitabilité des banques françaises, mesurée par un indicateur synthétique comme le ROE, s'était inscrit en baisse sur les trois premiers mois de cette année, à 14% en moyenne pour les trois plus grandes banques françaises, contre 18,9% au premier trimestre 2007.

"La conjoncture actuelle appelle (...) à la vigilance car les banques doivent en permanence être préparées à faire face à la matérialisation toujours possible de nouveaux risques", a déclaré Christian Noyer.

"Le système bancaire français n'est, pas plus qu'un autre, complétement à l'abri de nouveaux développements négatifs de la crise", a-t-il prévenu.

Resistance Et Assise Financiere

Aussi a-t-il appelé les banques à "affiner la gestion des risques et à planifier les coussins de capital nécessaire" en soulignant que le nouveau cadre réglementaire dit de "Bale II" sur les fonds propres des banques les y incitent fortement.

Le président de la Commission bancaire a aussi souligné la résistance des banques françaises au cours de la crise financière.

"Les banques françaises sont parvenues à maintenir un niveau de solvabilité satisfaisant, ce qui prouve la capacité de résistance du système bancaire français à faire face à une crise d'une ampleur et d'une complexité majeures", a-t-il déclaré.

"L'exposition globale du système bancaire français aux facteurs de risques révélés par la crise des 'subprimes' s'avère moins élevée que dans d'autres pays du G10", a-t-il relevé.

Christian Noyer a souligné que "malgré le recul des revenus, l'assise financière du système bancaire français demeure solide".

Le ratio de solvabilité sur fonds propres de base (Tier 1) a atteint 7,1% à fin 2007 en moyenne pour les trois grands groupes bancaires français, un niveau très supérieur au minimum de 4% fixé par la réglementation, a rappelé Christian Noyer.

"Le niveau satisfaisant de fonds propres" a permis aux grands groupes bancaires français de "conserver une qualité élevée de notation de la part des grandes agences internationales", a noté le président de la Commission bancaire.

Il a par ailleurs mis en garde contre les risques liés aux 'hedge funds'.

"La hausse du risque de contrepartie sur ces entités non régulées reste une possibilité", a-t-il prévenu en évoquant "sa conjonction possible avec le risque matières premières". /MJ

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below