LEAD 2 ABB bat le consensus au T1 et confirme ses objectifs

jeudi 24 avril 2008 11h58
 

ZURICH, 24 avril (Reuters) - Le groupe d'ingénierie ABB ABBN.VX est très bien accueilli jeudi par les investisseurs avec ses résultats du premier trimestre nettement supérieurs aux attentes, et ses perspectives, solides sur l'ensemble de l'année.

Le titre s'apprécie de 5,75% vers 09h30 GMT sur un marché .SSMI en hausse de 0,79%.

"La demande des principaux marchés industriels et autres fournisseurs d'énergie reste forte partout dans le monde et surtout dans les marchés émergents", explique le directeur général du groupe, Michel Demaré, cité dans un communiqué.

"Le marché mondial des infrastructures de transmission et de distribution d'énergie devrait rester très dynamique en 2008", ajoute ABB, confirmant ses objectifs d'une croissance de 15 à 20% dans ses activités énergétiques et de 10% dans l'automation.

Le groupe helvético-suédois a pulvérisé les attentes pour son bénéfice au premier trimestre, celui-ci ayant bondi de 87% à 1.003 millions de dollars, alors que les analystes tablaient sur 765 millions.

Le résultat opérationnel Ebit s'est apprécié de 65% à 1.353 millions, contre un pronostic de 1.059 millions et la marge a grimpé à 17% après 13,2%, en partie en raison de facteurs exceptionnels.

La principale division, Power Products, a amélioré sa marge de cinq points à 20,4% grâce à une "meilleure utilisation des capacités, des améliorations opérationnelles et un environnement de prix soutenu", note ABB, qui précise avoir augmenté les prix de certains produits afin de compenser l'augmentation des coûts liés aux matières premières.

Le chiffre d'affaires du groupe s'est étoffé de 29% à 7.956 millions de dollars et les entrées de commandes de 28% à 10.943 millions, contre respectivement 7.607 millions et 10.125 millions attendus.

"Il est difficile de trouver quelque chose à redire", commente Panagiotis Spiliopoulos, analyste à la Banque Vontobel. "Alors que le contexte économique est incertain depuis plusieurs mois, ce rapport trimestriel conforte l'idée que la demande en infrastructures énergétiques est structurelle plutôt que cyclique", expliquet-il.   Suite...