LEAD 4 PPR-La croissance organique a ralenti au T1, Gucci déçoit

jeudi 24 avril 2008 16h54
 

 par Pascale Denis
 PARIS, 24 avril (Reuters) - PPR (PRTP.PA: Cotation) a fait état jeudi
d'un ralentissement attendu de sa croissance organique au
premier trimestre, mais d'une décélération plus forte que prévu
de la marque Gucci.
 Le chiffre d'affaires du groupe de distribution et de luxe
est ressorti à 4.906 millions d'euros, en progression de 20% en
données publiées et de 4% à données comparables, un chiffre
conforme aux attentes du consensus Reuters Estimates (4.885
millions d'euros).
 La croissance organique du groupe avait été de 5,6% au
premier trimestre 2007 et de 6,4% au 4e trimestre 2007.
 Dans le pôle luxe, dont la croissance organique a reculé à
9,6% (après +16% au 1er trimestre 2007 et +14,2% au 4e trimestre
2007), la seule marque Gucci a vu sa progression limitée à 2,4%
en données comparables, contre 10,2% un an plus tôt et 13% au
trimestre précédent.
 Ces chiffres, qui constrastent avec la croissance organique
à deux chiffres affichée par Louis Vuitton (LVMH.PA: Cotation) ou
Richemont sur la même période, ont été sanctionnés par le
marché, où le titre perd 2,8% vers 16h20 à 82,02 euros, alors
que le CAC perd 0,87% au même moment et que l'indice sectoriel
européen  avance de 0,4%.
 "C'est totalement en ligne. Le luxe ralentit, c'était
attendu, mais on a une déception sur Gucci", a commenté un
analyste qui a souhaité garder l'anonymat.
 Les analystes de Citi se disent eux aussi "surpris par la
faiblesse des performances de la marque", tandis qu'un autre
évoque les conséquences d'une forte concentration sur une seule
marque (Gucci).
 
 PLAN D'ACTION POUR LA MARQUE GUCCI
 "Les marchés ont été moins favorables au premier trimestre,
surtout les marchés matures", a expliqué Jean-François Palus,
directeur financier du groupe, lors d'une conférence
téléphonique avec les journalistes.
 Il a dit maintenir, lors d'une conférence téléphonique avec
les analystes, l'objectif de PPR de faire mieux que la
croissance de 7% que le groupe anticipe pour le marché du luxe
en 2008. Plus de détails [ID:nWEB2828]
 Jean-François Palus a cependant ajouté que le groupe "ne
pouvait se satisfaire d'une croissance modérée de sa marque" et
qu'un plan d'action était d'ores et déjà mis en oeuvre.
 "Il faut rééquilibrer les efforts commerciaux sur l'ensemble
de la gamme, et ne pas forcément trop privilégier le haut de
gamme", a-t-il indiqué.
 Interrogé sur les problèmes d'approvisionnement chez Gucci
et Yves Saint Laurent, évoqués par certains analystes,
Jean-François Palus a évoqué de "légères perturbations de la
chaîne d'approvisionnement" liées à des retards de livraisons et
d'obtention de lettres de crédit avec les franchisés et les
distributeurs tiers de Gucci, qui n'avaient "pas eu d'impact
matériel" et qui "étaient en voie de règlement".
 Concernant YSL, il a indiqué, en réponse à une question,
qu'un incendie avait affecté un sous-traitant, hors de France,
et que les problèmes d'approvisionnement avaient été "limités,
ponctuels et réglés".
 La faiblesse des ventes de la marque Gucci a été
partiellement compensée par le dynamisme de celles de Bottega
Veneta (+31,5%), YSL (+20%) et autres marques (+21%).
 
 DYNAMOQUE CFAO
 Dans la distribution, où une baisse était largement 
anticipée compte tenu du ralentissement de la consommation, la
vente à distance (Redcats) a vu ses ventes reculer de 4,4% et la
chaîne d'ameublement Conforama de 0,9%. 
 La Fnac, en revanche, a vu les siennes progresser de 2,7% en
données comparables, tandis que Puma (PUMG.DE: Cotation), dont PPR détient
66,8%, a vu la hausse de son chiffre d'affaires limitée à 6,6%,
la croissance à deux chiffres enregistrée en Europe, au Moyen
Orient et en Asie ayant été freinée par un recul aux Etats-Unis
où la consommation a fléchi.
 CFAO, l'activité de distribution automobile et
pharmaceutique du groupe en Afrique, a une nouvelle fois signé
une très solide croissance organique (+17,5%). 
 PPR a indiqué, dans un communiqué, rester confiant dans sa
capacité à réaliser une "nouvelle année d'amélioration de ses
performances financières" en 2008. /PD
 (Pascale Denis)