LEAD 1 ATR table sur des ventes de plus de $1,3 md en 2008

mercredi 23 janvier 2008 15h00
 

PARIS, 23 janvier (Reuters) - ATR a annoncé mercredi viser un chiffre d'affaires supérieur à 1,3 milliard de dollars (890,8 millions d'euros) en 2008 après avoir bouclé 2007 sur un nombre de commandes record et un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars (+56%).

Le constructeur d'avions de transport régional, coentreprise du géant européen d'aéronautique et de défense EADS EAD.PA et de l'italien Finmeccanica SIFI.MI, compte livrer plus de 60 avions neufs cette année, contre 44 l'an dernier et 24 en 2006.

ATR a comptabilisé 113 commandes en 2007, performance historique qui porte à 950 le nombre de commandes cumulées depuis sa création en 1981.

"Nous espérons franchir le seuil des 1.000 avions commandés depuis la création du programme ATR au cours des douze prochains mois", a déclaré Stéphane Mayer, président exécutif d'ATR, au cours d'une conférence de presse.

"Battre le record de 2007 cette année semble (toutefois) irréaliste. Notre objectif est d'enregistrer au minimum 50 commandes, car la demande reste vigoureuse, pour autant je dois dire que je ne serais pas totalement satisfait si nous ne faisions pas mieux", a souligné Stéphane Mayer.

Le spécialiste des avions turbopropulseurs a bénéficié de l'appétit des compagnies pour ses deux produits phares, l'ATR 42 et l'ATR 72, mais doit faire face à la rude concurrence imposée par son principal concurrent, le canadien Bombardier (BBDa.TO: Cotation).

Au 31 décembre dernier, le carnet de commandes du groupe, basé à Toulouse, s'élevait à 195 appareils.

Sa part de marché sur les "turboprops" de 50 à 74 places dépasse actuellement 50%. Sur les prochains exercices, la société veut se rapprocher de 60%.

Stéphane Mayer a souligné qu'ATR avait été associé au plan Vision 2020 d'EADS, programme stratégique majeur qui vise à renforcer sa compétitivité sur la prochaine décennie, et que son entreprise devait encore accroître la part des services dans son chiffre d'affaires, laquelle a représenté 209 millions de dollars l'an passé.

Le dirigeant a également rappelé que la faiblesse du billet vert constituait un défi pour le développement d'ATR et insisté sur la nécessité pour son groupe de se fournir auprès d'équipementiers situés dans la zone dollar. /BM/MB

(Matthias Blamont)