LEAD 1 Swiss Re monte après l'entrée de W. Buffett au capital

mercredi 23 janvier 2008 14h26
 

ZURICH, 23 janvier (Reuters) - Swiss Re RUKN.VX a surpris les marchés mercredi en annonçant l'entrée à son capital de Berkshire Hathaway (BRKa.N: Cotation), le groupe du milliardaire américain Warren Buffet, à hauteur de 3,03%, une incursion saluée en Bourse, d'autant qu'elle est accompagnée de l'augmentation des rachats d'action. L'action Swiss Re gagne 4,1% à 76,65 francs suisses en début d'après-midi sur le marché suisse. Il avait pris jusqu'à 11% en matinée.

Certains observateurs spéculent déjà sur une future augmentation de la participation de Berkshire Hathaway ou sur un rapprochement avec le réassureur américain General Re Corp, contrôlé par Berkshire.

Cette arrivée se double d'un contrat de réassurance, le groupe de Buffett prenant une part de 20% des activités de Biens et Risques Divers (property and casualty) sur les cinq prochaines années.

Du coup, Swiss Re explique que son capital déployé dans ce segment pourra être réduit, ce qui lui permet d'augmenter ses rachats de titres.

Le groupe accroît son programme de 1,75 milliard de francs, portant son montant total à 7,75 milliards qu'il espère boucler dans un délai de 24 mois. Depuis le lancement de ce plan le 1er mars, Swiss Re a racheté 16,65 millions d'actions à General Electric (GE.N: Cotation) et 11,08 millions de titres sur les marchés.

La banque Wegelin salue l'accord, positif à tout point de vue. "Une forte réaction de l'action est à prévoir, d'autant que le cours est à un faible niveau actuellement", explique l'établissement dans son fax du matin "BrunCH".

Heinrich Wiemer, de la banque Vontobel, se montre beaucoup moins enthousiaste tout en reconnaissant que Swiss Re regagne en flexibilité financière. "Cette part de 20% dans Property and Casualty représente une perte dans l'une des deux activités stratégiques à fort potentiel", déplore-t-il.

Pour lui, la question se pose de savoir si Swiss Re est devenu un "partenaire junior" et l'analyste qualifie l'opération de "malheureusement nécessaire et défensive". /PS/SK