Wall Street, l'oeil plus que jamais rivé sur les financières

dimanche 22 juin 2008 15h25
 

par Jennifer Coogan

NEW YORK, 22 juin (Reuters) - Wall Street sera vulnérable à toute mauvaise nouvelle en provenance des valeurs financières dans les jours qui viennent et même la perspective d'un statu quo monétaire de la part de la Réserve fédérale des Etats-Unis apparaît au second plan après les analyses de plus en plus pessimistes sur l'ampleur de la crise actuelle du crédit.

Les marchés d'actions américains ont fini vendredi à des plus bas de trois mois après l'annonce de possibles dépréciations d'actifs supplémentaires pour Citigroup (C.N: Cotation) et les perspectives défavorables que Merrill Lynch a publiées pour douze banques américaines.

Le Dow Jones .DJI a perdu 3,8% sur la semaine, passant ous la barre des 12.000 points pour la première fois depuis la mi-mars, période à laquelle le marché subissait le contrecoup de la faillite de Bear Stearns.

Le Standard & Poor's 500 .SPX a abandonné 3,1% sur la semaine et le Nasdaq .IXIC a reculé de 2%.

Depuis le début de l'année, les analystes ont abaissé leurs estimations de bénéfices pour les valeurs financières de l'indice S&P 500 de 41% pour le deuxième trimestre, de 28% pour le troisième et de 25% pour le quatrième, selon Lab Thomson, une publication de Thomson Reuters.

Vendredi, Edward Najarian, analyste de Merrill Lynch, a réduit ses estimations de bénéfices pour douze banques américaines de 22% en moyenne pour 2008 et de 19% pour 2009.

Ce spécialiste du secteur a ainsi rejoint Credit Suisse, Deutsche Bank Securities, Goldman Sachs & Co et Lehman Brothers sur la liste des bureaux d'analyse qui ont revu à la baisse depuis le début juin leurs prévisions pour les banques, en disant s'attendre notamment à de nouvelles levées de capitaux. [ID:nL20237194]

Jeudi, c'était le directeur financier de Citigroup qui évoquait la possibilité de dépréciations substantielles pour son établissement au deuxième trimestre.[ID:nL19814708]   Suite...