Le patron de Boeing est préoccupé par la flambée du pétrole

mercredi 21 mai 2008 19h44
 

NEW YORK, 21 mai (Reuters) - Le PDG de Boeing (BA.N: Cotation) a dit mercredi craindre que la flambée des cours pétroliers n'entrave la croissance des compagnies aériennes américaines mais il a estimé que les appareils moins gourmands en kérosène de l'avionneur seront toujours recherchés dans les prochaines années.

Ces déclarations de Jim McNerney lors de la conférence annuelle investisseurs du groupe américain ont presque coïncidé avec l'annonce par AMR AMR.N, maison mère d'American Airlines, d'une importante réduction des capacités de la compagnie aérienne sur le marché intérieur américain au quatrième trimestre.

Les cours du pétrole ont inscrit de nouveaux records historiques, amplifiant leur progression après l'annonce d'une baisse inattendue et marquée des stocks de brut aux Etats-Unis.

Boeing, comme son concurrent européen Airbus, filiale d'EADS EAD.PA, suit l'évolution des capacités des compagnies aériennes, l'indication la plus claire de la demande du secteur et in fine des besoins de nouveaux avions.

"C'est évidemment une source de préccupation mais elle n'est pas inattendue", a déclaré McNerney, interrogé au sujet de la décision d'American Airlines. "C'est l'une des raisons pour lesquelles nous avons mis l'accent sur l'international en terme de marketing."

American Airlines est le plus gros client historique de Boeing, avec 1.022 avions commandés depuis 50 ans. Mais la compagnie n'a pas commandé de nouveaux Boeing depuis le début de la décennie, selon le site internet de l'avionneur.

"Les compagnies aériennes américaines vont clairement limiter leurs capacités, en particulier dans un contexte de fusions" dans le secteur, a estimé McNerney. "Il faut pouvoir proposer dans ce contexte des avions de remplacement et pas seulement des appareils destinés à la croissance".

McNerney juge que le nouveau Boeing 787 Dreamliner, qui devrait consommer 20% de moins de kérosène que les modèles précédents, est un bon avion de remplacement pour les compagnies. Il existe selon lui un marché de 1.000 avions monocouloirs de remplacement aux Etats-Unis, pour des compagnies comme American Airlines et Northwest Airlines NWA.N, ce qui va permettre selon lui à Boeing de vendre ses derniers modèles de la famille 737.

"Nous n'anticipons pas un retournement en matière de commandes de la part des compagnies aériennes américaines. Elles devraient continuer à progresser si elles peuvent traverser la situation actuelle", explique-t-il, en faisant référence aux cours du brut et au ralentissement économique américain.

Le titre Boeing cède 2,95% à $82,63 sur le New York Stock Exchange vers 17h30 GMT. /SD

(Bill Rigby, version française Stanislas Dembinski)