21 février 2008 / 07:16 / il y a 9 ans

LEAD 2 Technip- Les charges pèsent sur 2007, confiance pour 2008

(Actualisé avec conférence de presse, cours de Bourse, commentaires d'analystes)

Par Benjamin Mallet

PARIS, 21 février (Reuters) - Technip TECF.PA a publié jeudi des résultats 2007 en nette baisse, plombés par des charges opérationnelles et qui sont ressortis en dessous des attentes, mais s'est dit confiant pour 2008.

Le spécialiste des équipements pétroliers et gaziers a confirmé son objectif de chiffre d'affaires de huit milliards d'euros et a annoncé viser une marge opérationnelle supérieure à 7,3% pour l'exercice en cours. En 2007, Technip a enregistré un résultat net de 126,3 millions d'euros (-36,9%), un résultat opérationnel courant de 247 millions (-25,9%), un résultat opérationnel de 266,9 millions (-25,9%) et un chiffre d'affaires de 7.886,5 millions (+13,9%).

Selon le consensus Reuters Estimates, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 148,5 millions d'euros, un résultat opérationnel de 303,2 millions et un chiffre d'affaires de 7.942 millions.

Le taux de marge opérationnelle courante de Technip s'est établi à 3,1% en 2007 contre 4,8% en 2006 et le taux de marge opérationnelle à 3,4% contre 5,2%. Le groupe proposera un dividende de 1,20 euro par action au titre de 2007 contre 1,05 euro l'année précédente.

Pour 2008, Technip prévoit un croissance de 10% du chiffre d'affaires Subsea et un chiffre d'affaires du groupe d'environ 8 milliards d'euros.

Il table également sur un taux de marge opérationnelle du Subsea supérieur à 15% et un taux de marge opérationnelle de l'Onshore (Onshore-Downstream + Industries) et de l'Offshore (Plates-Formes) de 3,8% en moyenne.

"Technip termine l'année 2007 avec des résultats contrastés mais débute l'année 2008 sur des bases solides et avec une meilleure visibilité", a déclaré le P-DG Thierry Pilenko.

"TOUS LES PROJETS ONT ETE REVUS"

Vers 11h50, Technip bondit de 5,12% à 54 euros, pendant que l'indice sectoriel européen de l'énergie .SXEP progresse de 0,98%.

"Avec des prises de commandes en hausse de 17% (...), un rééquilibrage entre Onshore et Subsea (...) et des contrats Onshore moins risqués, Technip repart en 2008 sur des bases assainies pour faire croître ses résultats", selon CM-CIC. Oddo Securities note pour sa part que le groupe semble "à l'aise" vis-à-vis de l'exercice 2008.

Les prises de commandes de Technip ont atteint 7.197,8 millions d'euros et le carnet de commandes au 31 décembre 2007 s'élevait à 9.389,5 millions contre 10.272,8 millions à fin 2006.

Technip avait annoncé fin janvier 270 millions d'euros de charges au 4e trimestre 2007 afin d'apurer les risques sur le projet Qatargas II et d'autres opérations en Asie-Pacifique et en Amérique du Nord. Au total, les provisions enregistrées dans le segment d'activité Onshore-Downstream en 2007 ont atteint 320 millions d'euros.

Thierry Pilenko a précisé lors d'une conférence de presse que Technip avait notamment connu au Qatar des problèmes d'approvisionnement en ciment et de main d'oeuvre disponible.

"En conséquence, nous avons enregistré en 2007 des charges élevées qui ont affecté nos marges. Ces mesures (...) réduisent de manière significative les incertitudes qui pesaient sur les résultats de ces projets", a souligné Technip.

"J'espère qu'on ne passera plus de provisions en 2008", a ajouté Thierry Pilenko.

"Tous les projets ont été revus, les provisions que nous avons prises correspondent aux calculs que nous avons faits à la fin de ces projets", a-t-il également dit.

Le groupe s'est en outre félicité de la performance du segment d'activité Subsea (SURF) avec un taux de marge opérationnelle "record" de 15,8%.

"FONDAMENTAUX TRES SOLIDES"

"Les fondamentaux de notre industrie restent très solides, avec une bonne visibilité de nos marchés onshore et offshore qui s'étend au delà de la fin de la décennie", a souligné Technip, qui entend profiter "de la croissance des marchés tout en se focalisant sur sa profitabilité".

Selon Thierry Pilenko, le ralentissement de l'économie mondiale ne devrait en outre pas avoir d'impact à court terme sur l'activité du groupe.

"Tant qu'on sera à un niveau de prix du pétrole supérieur à 55-60 dollars, je ne vois pas nos clients remettre en cause les grands projets", a-t-il dit.

"De plus en plus, les compagnies nationales vont vouloir mener les projets elles-mêmes. Dans les années qui viennent, il faudra être capable de travailler avec l'ensemble des compagnies pétrolières", a également souligné Thierry Pilenko. /BM

Pour le tableau des résultats, voir [ID:nPAT008740]

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below