21 avril 2008 / 07:11 / il y a 9 ans

LEAD 2 Nestlé fait mieux que prévu au T1 malgré le franc fort

(Complété avec les déclarations d'analystes et le cours de bourse)

ZURICH, 21 avril (Reuters) - Nestlé NESN.VX a publié lundi des chiffres dans l'ensemble conformes aux attentes pour son premier trimestre 2008, période marquée par une forte remontée du franc suisse sur le marché des changes.

Certains investisseurs avaient toutefois espéré des ventes plus élevées et ont déclenché un mouvement de prises de bénéfices sur le titre qui, vers 10h00 GMT, cédait 2,04% à 503,00 francs suisses alors que l'indice sectoriel .SX3P reculait de 1,18%.

L'effet monétaire net a amputé les ventes de 7% en raison de la force du franc suisse par rapport à la majorité des autres monnaies, explique dans un communiqué de résultats le numéro un mondial des denrées alimentaires, alors que les marchés l'avaient anticipé à hauteur de 6,9%.

Par rapport au dollar, la proportion atteint 13,5% et 12,4 vis-à-vis de la livre sterling, précise le groupe dans la présentation pour sa conférence téléphonique.

La croissance interne réelle (Real Internal Growth - RIG) s'est contractée à 4,5% après 5,7%, soit encore plus que ce qu'avaient prévu les analystes (4,6%). "Mais Danone n'avait 'que' 3%", rappelle Patrik Schwendimann, analyste à la Banque cantonale de Zurich.

La bonne surprise vient de la croissance organique qui s'est envolée 9,8% contre 7,4% un an plus tôt, alors que le consensus le donnait à 8,9%.

Nestlé avait déjà séduit les marchés à la mi-mars en revoyant à la hausse ses prévisions de croissance organique pour l'année en cours, ajoutant que le taux pour les deux premiers mois de l'année avait été "exceptionnel".

Au final, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 6% à 25,7 milliards lors du premier trimestre contre 24,25 milliards à la même époque de l'année précédente. Les marchés en attendaient 25,5 milliards.

Les augmentations de prix ont également surpris positivement avec une contribution de 5,3% après 1,7% et les acquisitions ont joué positivement pour 3,2% contre 0,5%. Les marchés attendaient respectivement 4,4% et 2,9%.

"En dépit de l'accélération des tarifs, les volumes se sont avérés aussi bons qu'espéré", souligne Goldman Sachs dans une note de recherche. "Le groupe prouve ainsi sa maîtrise des prix."

MOINS DEPENDANT D'ALCON

La zone Europe a une nouvelle fois affiché des performances inférieures à la moyenne du groupe, avec une croissance organique de 6,6% et un RIG de 2,9%. La zone Asie, Océanie, Pacifique a confirmé son rôle de locomotive avec une croissance de 14% et un RIG de 5,3%. La zone Amériques a enregistré une croissance supérieure au groupe avec 11,5% mais pas pour son RIG avec 3,7%.

Dans les catégories de produits, Nestlé Waters a accusé des baisses organique de 0,6% et réelle de 2,3%, reflétant des "conditions du marché moins favorables dans les pays développés", précise Nestlé.

Le segment Nutrition n'a pas connu de déboires semblables avec une croissance organique de 14,4% et un RIG de 10,2%, fruit entre autres d'une croissance interne réelle proche de deux chiffres enregistrée par la nutrition infantile.

Pour l'exercice en cours, Nestlé confirme ses objectifs d'une croissance organique proche du niveau de 2007 et d'une amélioration de la marge Ebit à taux de change constants. "Je suis confiant que nous allons atteindre nos objectifs 2008", explique le nouvel administrateur délégué Paul Bulcke, cité dans le communiqué.

Les analystes saluent la performance. "Absolument convaincant une nouvelle fois, bien que l'envolée des prix des matières premières et les effets de changes aient mené la vie dure au groupe", souligne la banque Wegelin dans son fax du matin.

"Le momentum des affaires se maintient cependant", a indiqué Roddy Child-Villiers, chargé des relations avec les investisseurs lors d'une téléconférence lundi.

Nestlé rappelle également que la pression des coûts des matières premières va s'affaiblir et que les adaptations de prix publiées diminueront au cours de la seconde moitié de l'année.

Pour Claudia Lenz, les chiffres confirment que le groupe est devenus "moins dépendant de la performance d'Alcon ACL.N en terme de croissance et de marges".

Tous s'accordent à trouver l'action encore sous-évaluée mais Jon Cox chez Landsbanki Kepler ne prévoit aucun rebond à cette occasion, bien au contraire. "Le titre a beaucoup progressé avec les dernières nouvelles, comme la vente d'Alcon, le rachat de titres et la révision à la hausse des objectifs", explique-t-il. /PS/SK

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below