LEAD 2 Dassault Aviation-Bénéfice 2007 record, avenir moins rose

jeudi 21 février 2008 15h51
 

 (Actualisé avec cours de Bourse §6 et plus de détails)
 par Matthias Blamont
 PARIS, 21 février (Reuters) - Dassault Aviation (AVMD.PA: Cotation) a
publié jeudi un bénéfice net annuel record et supérieur aux
anticipations du marché, essentiellement grâce au dynamisme des
ventes de son avion d'affaires Falcon, mais s'est montré prudent
pour l'avenir en raison d'incertitudes économiques.
 Le constructeur aéronautique civil et militaire, contrôlé à
46,3% par EADS EAD.PA et à 50,5% par la famille Dassault, a
fait état d'un résultat net de 382 millions d'euros l'an
dernier, en hausse de 35,9%.
 Le groupe avait présenté des résultats 2006 en baisse,
conséquence de retards dans la livraison d'avions de combat
Mirage 2000 destinés à la Grèce.
 "L'année 2007 aura été très satisfaisante, a commenté
Charles Edelstenne, P-DG de Dassault Aviation, au cours d'une
conférence de presse.
 "Pour autant, il y a un ralentissement économique aux
Etats-Unis du fait de la crise des 'subprimes', je me prépare
donc à un impact de cette crise sur notre marché". Le dirigeant
n'a toutefois pas précisé à quelle échéance pourrait se traduire
cet impact.
 Vers 15h15, le titre Dassault Aviation, par nature très peu
liquide, s'effritait de 0,09% à 544 euros à la Bourse de Paris.
Au même moment, EADS grappillait 0,06% à 17,9 euros.
 
 UN FALCON NOMME DESIR
 Le résultat opérationnel 2007 de Dassault Aviation s'est
établi à 503 millions d'euros, contre 372 millions d'euros un an
plus tôt. Dans le même temps, le chiffre d'affaires est passé de
3,3 milliards d'euros à 4,08 milliards, la marge d'exploitation
s'inscrit ainsi à 12,3%.
 Les analystes du consensus Reuters Estimates tablaient en
moyenne sur un bénéfice net de 340,8 millions d'euros et sur un
résultat opérationnel de 447,2 millions pour un chiffre
d'affaires de 3,95 milliards.
 Dassault a également enregistré une plus-value
exceptionnelle de 26 millions d'euros, résultat de la cession de
titres Embraer (EMBR3.SA: Cotation).
  Soutenue par les avances et acomptes versés par les clients,
la trésorerie culmine à quelque 4,56 milliards d'euros. A titre
de comparaison, celle d'EADS à fin septembre s'élevait à 4,2
milliards.
 Du côté des commandes, Dassault a déclaré avoir vendu 212
avions d'affaires Falcon l'an dernier, un chiffre également
record dans l'histoire du groupe, contre 158 en 2006.
 Charles Edelstenne a souligné que les commandes de Falcon
avaient représenté 57% du chiffre d'affaires 2007 mais n'a pas
détaillé les ventes par type d'appareils.
 Le P-DG a également refusé de formuler une prévision pour
2008 mais a rappelé que la demande avait basculé vers les pays
émergents. En 2008 et 2009, le continent nord-américain ne
devrait plus représenter que 25% des ventes.
 Au 31 décembre de l'an passé, le carnet de commandes
totalisait 446 appareils, soit un montant de 14,99 milliards
d'euros dont 11,6 milliards d'euros pour les Falcon, de quoi
garantir la production jusqu'en 2014.
 Du côté des livraisons, Dassault Aviation a indiqué avoir
vendu 70 exemplaires de ses jets d'affaires l'année dernière. Le
constructeur a également livré 13 exemplaires de l'avion
militaire Rafale et 15 unités du Mirage dont la chaîne de
production est désormais arrêtée.
 Cette année, le groupe espère livrer 90 à 100 Falcon et
quelque 15 Rafale.
 
 POURSUITE DE L'EXTERNALISATION
 Charles Edelstenne a expliqué que l'exposition de Dassault
au dollar représentait 50% du chiffre d'affaires civil.
 "A l'heure actuelle, nous sommes couverts à 70% environ et à
des taux variable", a-t-il précisé.
 "Nous avons pris des mesures supplémentaires jusqu'en 2009
pour atténuer le plus possible l'effet du dollar et allons
augmenter l'externalisation de notre production de Falcon de
10%. Mais nous sommes en croissance, aucune fermeture de site
n'est prévue."
 La production hors de la zone euro représente aujourd'hui 
60% de l'activité.
 Charles Edelstenne n'a toutefois pas souhaité commenter les
perspectives du Rafale, un avion qui n'a été vendu à ce jour
qu'à l'armée française.
 Dassault a répondu à de nombreux appels d'offres militaires,
parfois aux côtés de Thales (TCFP.PA: Cotation), et espère remporter des
contrats notamment en Inde, en Libye ou au Brésil.
 Le Rafale pourrait être le dernier avion militaire piloté de
conception entièrement française. Un programme européen devrait
prendre le relais après 2030.
 Le démonstrateur technologique nEUROn, développé par
Dassault, se veut néanmoins une alternative crédible sur le
créneau des aéronefs militaires sans pilote (drones). /MB
 Tableau des résultats sur [ID:nPAT008745] 
 (Matthias Blamont)