LEAD 2 Schneider- 2007 dépasse les attentes, prévision confirmée

mercredi 20 février 2008 12h34
 

 (Actualisé avec précisions sur prochain plan d'entreprise
§22)
 Benjamin Mallet
 PARIS, 20 février (Reuters) - Schneider Electric (SCHN.PA: Cotation) a
annoncé mercredi des résultats 2007 en nette hausse - dopés par
les pays émergents et légèrement supérieurs aux attentes - et a
confirmé ses objectifs de croissance et de résultat opérationnel
pour 2008.
 Le n°1 mondial de la distribution électrique et des
automatismes et contrôles a publié un résultat d'exploitation
(Ebita) de 2.562 millions d'euros (+27%), contre 2.459 millions
attendus par les analystes du consensus Reuters Estimates.
 La marge d'Ebita a atteint 14,8%, restant ainsi quasiment
stable (+0,1 point) par rapport à 2006 et en amélioration de 1,2
point en données proforma, tandis que le bénéfice net est
ressorti à 1.583 millions, en progression de 21%, contre 1.537
millions attendus par les analystes.
 Le groupe proposera à son assemblée générale le
versement d'un dividende de 3,30 euros par action au titre de
l'exercice écoulé (+10%).
 "Schneider a réalisé en 2007 une année clé : nous
établissons de nouveaux records en terme de croissance et de
résultats", s'est félicité Jean-Pascal Tricoire, président du
directoire.
 Le groupe a en outre confirmé viser une croissance organique
de ses ventes comprise entre 6% et 8% en 2008 et une marge
d'Ebita de 15%.
 "Nous ne voyons pas aujourd'hui d'impact de la crise
financière sur notre activité", a également dit Jean-Pascal
Tricoire lors d'une conférence avec les analystes.
 Vers 12h10, le titre gagnait 0,90% à 78,86 euros alors que
le CAC40 .FCHI cédait 1,15% [ID:nL20191195]. Dans le même
temps, l'indice sectoriel européen  reculait de 0,74%.
 Les analystes de Natixis Securities ont salué une
publication "de bonne facture" et Oddo Securities parle de "bons
résultats" dans une note à ses clients, tout en doutant de la
capacité du groupe à atteindre ses objectifs cette année.
 
 PAS DE COMMENTAIRES SUR ABB
 Schneider a finalisé en 2007 le rachat de deux groupes
américains: le spécialiste de l'énergie sécurisée American Power
Construction (APC) pour 6,1 milliards de dollars et la société
de vidéosurveillance Pelco pour 1,54 milliard de dollars.
 Le groupe a indiqué que l'Ebita de la nouvelle entité
APC-MGE avait été multiplié par deux à 440 millions d'euros en
2007 et a fait état d'une marge opérationnelle quasiment stable.
 Schneider Electric confirme les objectifs 2009 de cette
nouvelle entité, nommée "Energie Sécurisée", soit un chiffre
d'affaires compris entre 4.300 et 4.500 millions de dollars
(croissance organique annuelle moyenne comprise entre 11% et
13%) et un Ebita compris entre 650 et 750 millions de dollars,
(soit une marge de 15% à 17%).
 L'ensemble des zones géographiques du groupe - Europe,
Amérique du Nord, Asie-Pacifique et reste du monde - ont vu leur
rentabilité progresser, la plus forte contribution à la
croissance de l'Ebita provenant de la distribution Electrique et
de l'énergie sécurisée, grâce au redressement d'APC.
 La société a effectué une hausse de 2,2% de ses prix de
ventes, soit 307 millions d'euros, lui permettant de compenser
l'inflation des coûts de matières premières de 199 millions
d'euros.
 Schneider s'est en outre félicité des résultats de son
programme d'entreprise "New2", qui ont selon lui permis "une
amélioration structurelle (de son) profil de croissance".
 Les pays émergents ont ainsi représenté 32% du chiffre
d'affaires du groupe en 2007 (contre 18% en 2001), avec une
croissance organique moyenne de ces pays de 17% au cours des
trois dernières années et de 13% sur 10 ans. 
 "Leurs besoins en énergie, infrastructures et équipements
assurent à Schneider Electric des perspectives de croissance
solides pour les années à venir."
 Les solutions en efficacité énergétique représentent en
outre désormais 20% des commandes en 2007, en croissance de 15%.
 Après "New2", Schneider dit disposer "d'une structure de
coûts significativement optimisée", les pays émergents à bas
coûts représentant 40% des coûts de production (10% en 2001),
tandis que "l'exposition de la marge aux variations de devises
est devenue négligeable".
 Jean-Pascal Tricoire a par ailleurs déclaré aux Echos que le
groupe comptait "donner un coup d'accélérateur sur le volet
rentabilité" avec un nouveau plan pour 2009 et au-delà, qui
prendra le relais de "New2" et sera, selon le journal, "bâti sur
trois axes : globalisation, simplification, 'relocalisations'".
 "Nous allons continuer à avoir une très belle dynamique de
développement dans les pays émergents, il faut l'accompagner
dans tous les domaines, dont l'outil industriel", a-t-il dit.
 Lors d'une conférence avec les analystes, il a indiqué que
le groupe donnerait davantage d'indications fin 2008 et qu'il
fallait s'attendre à un plan "dans la continuité de New2".
 Dans les Echos, Jean-Pascal Tricoire n'a en revanche pas
voulu faire de commentaire sur les rumeurs d'offre du groupe
helvético-suédois ABB ABBN.VX sur Schneider, qui ont de
nouveau circulé mercredi et à propos desquelles une porte-parole
de Schneider s'est elle aussi refusée à tout commentaire. ABB
est lui aussi resté silencieux sur le sujet. /BM/PD
 (Avec la contribution de Pascale Denis)