18 juin 2008 / 13:19 / il y a 9 ans

LEAD 2 Morgan Stanley - Le bénéfice chute malgré des plus-values

par Joseph A. Giannone

NEW YORK, 18 juin (Reuters) - Morgan Stanley (MS.N) a annoncé mercredi une chute de 56% de son bénéfice trimestriel en raison de pertes de trading et d'une division par près de deux des revenus de ses activités de banque d'investissement, que des plus-values de cessions de 1,43 milliard de dollars n'ont pas suffi à compenser.

Les résultats de la deuxième banque d'investissement américaine sont ressortis néanmoins au-dessus des attentes mais son action s'inscrivait en nette baisse dans les premières transactions à Wall Street, les intervenants s'interrogeant sur sa capacité à retrouver le chemin de la croissance dans l'environnement actuel.

Elle cédait 5,69% à 38,28 dollars après une heure et demie d'échanges.

Le bénéfice des activités poursuivies pour le trimestre clos le 30 mai, le deuxième de son exercice fiscal, s'est élevé à 1,03 milliard de dollars, soit 95 cents par action, contre 2,36 milliards (2,45 dollars/action) un an plus tôt, alors que le consensus Reuters Estimates anticipait en moyenne 92 cents.

Le produit net bancaire net a chuté pour sa part de 38% à 6,5 milliards de dollars.

Dans une interview à Reuters, Colm Kelleher, le directeur financier, a indiqué que le deuxième trimestre, qui incluait un mois de mars difficile sur les marchés, avait été "inhabituellement tendu".

Les comptes ont bénéficié de deux plus-values de cession importantes, l'une de 698 millions de dollars pour l'activité de gestion de fortune en Espagne et une autre de 732 millions générée par une vente de titres MSCI MXB.N.

GESTION D'ACTIFS DANS LE ROUGE

"S'il faut aller jusqu'en Espagne pour tenir les résultats, ce n'est pas bon signe. Combien de lapins vont encore sortir du chapeau ? Qu'est ce qui va porter la hausse des bénéfices à l'avenir", a commenté Matt McCormick, analyste de Bahl & Gaynor Investment Counsel à Cincinnati.

Les plus-values ont compensé une charge de 245 millions liées à des suppressions de postes, des pertes de 436 millions générées par des opérations de trading en compte propre sur des crédits immobiliers et des pertes nettes de 519 millions sur le portefeuille de prêts à effet de levier.

La banque fait état en outre d'un "ajustement négatif" de 120 millions de dollars sur des positions d'un trader "non conformes à la politique de la société".

Victime comme la plupart de ses concurrents de la crise du subprime, Morgan Stanley avait enregistré 9,4 milliards de dollars de pertes et dépréciations dans ses comptes du quatrième trimestre de son exercice 2007-2008 avant d'annoncer un bénéfice divisé par deux pour le premier trimestre de l'exercice en cours.

Au deuxième trimestre l'activité a reculé dans la quasi-totalité des divisions : les commissions en banque d'investissement ont chuté de moitié et les revenus des activités de taux ont plongé de 85%.

Des pertes sur des investissements immobiliers et le capital investissement ont entraîné la division gestion d'actifs dans le rouge à hauteur de 277 millions de dollars. En excluant la vente de la filiale espagnole, les revenus du pôle gestion de fortune ont progressé de 4% par rapport à l'an dernier.

COLLECTE NETTE POSITIVE

Colm Kelleher s'est toutefois voulu rassurant en indiquant que les transactions en attente, un indicateur avancé de l'activité, avaient progressé au deuxième trimestre. De même, Morgan Stanley a enregistré une collecte nette positive dans ses activités de gestion d'actifs (15,5 milliards de dollars contre 9,3 milliards un an plus tôt) là où plusieurs de ses concurrents sont en décollecte.

Ces résultats devraient néanmoins accroître encore la pression sur le directeur général, John Mack, qui, depuis son arrivée à la tête de la banque en 2005, l'a poussée à augmenter ses risques via le développement des activités pour compte propre, de financements à effets de levier ou encore de structuration de créances hypothécaires alors que le marché immobilier américain était en haut de cycle.

Son exposition à ces derniers produits était encore de 12,3 milliards de dollars à fin mai, contre 14,5 milliards trois mois plus tôt.

Elle a renforcé ses fonds propres en levant l'an passé cinq milliards de dollars auprès d'un fonds chinois et a supprimé des milliers d'emplois. Le directeur financier n'a pas exclu mercredi d'autres sippressions d'emplois si les conditions de marché se dégradent encore.

Morgan Stanley est la troisième banque d'investissement américaine à publier ses résultats depuis le début de la semaine. Elle a fait mieux que Lehman Brothers LEH.PA, en perte de 2,8 milliards de dollars sur le trimestre, mais beaucoup moins bien que Goldman Sachs (GS.N), qui a limité les dégâts avec une baisse de 11% de son bénéfice net.

L'action de la banque accuse un recul de près de 27% depouis le début de l'année, sous-performant l'indice Amex Securities des sociétés de courtage .XBD, qui recule de 23%. /MA/YLG

Joseph A. Giannone, version française Marc Angrand et Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below