LEAD 1 Eiffage veut tourner la page après la sortie de Sacyr

vendredi 18 avril 2008 12h03
 

Par Benjamin Mallet

PARIS, 18 avril (Reuters) - Eiffage (FOUG.PA: Cotation) a estimé vendredi que la page était tournée après la sortie de son capital du groupe espagnol Sacyr Vallehermoso SVO.MC, contre lequel il s'est battu pendant plus deux ans.

Au lendemain de l'annonce de la vente des 33,32% de Sacyr, le P-DG du groupe Jean-François Roverato a estimé qu'Eiffage pouvait désormais étudier plus sereinement des acquisitions, en faisant notamment part d'un vif intérêt pour Cegelec.

Jean-François Roverato, n'a pas voulu confirmer l'identité des acquéreurs de la participation de Sacyr, se contentant de citer un article de La Tribune.

Alors que la Caisse des dépôts a indiqué jeudi être montée de 8,5% à 19,5% du capital d'Eiffage tandis que Groupama annonçait une hausse de 3% à 6% de sa participation, La Tribune précise vendredi que BNP Paribas (BNPP.PA: Cotation) et Natixis (CNAT.PA: Cotation) ont pris chacun 4%, Société générale (SOGN.PA: Cotation) un peu moins de 4%, CNP Assurances (CNPP.PA: Cotation) 2% et les AGF 0,6%.

Crédit mutuel CIC, Groupe Azur et la SMA BTP se partagent le solde des 33,32%, ajoute le quotidien. Les salariés détiennent pour leur part entre 25% et 26% du capital.

"Avec les salariés, la Caisse des dépôts et Groupama, nous avons chez Eiffage un actionnariat stable et muni de deux pieds", a déclaré Jean-François Roverato.

Le P-DG d'Eiffage a ajouté que la sortie de Sacyr facilitait l'étude de dossiers de croissance externe. "Nous regardons le dossier Cegelec avec beaucoup d'intérêt", a-t-il souligné, ajoutant que la groupe était par ailleurs "susceptible de perndre une position importante dans un pays de l'est dans les prochains jours".

Cegelec, remis en vente par son actionnaire LBO France, est également convoité par Spie et Vinci (SGEF.PA: Cotation) pourrait s'y intéresser.   Suite...