LEAD 2 France - La SNCF supprime 1.500 emplois en 2008

vendredi 18 janvier 2008 14h00
 

PARIS, 18 janvier (Reuters) - La SNCF [SNCF.UL] a annoncé vendredi la suppression de 1.500 emplois en 2008 mais promis qu'il n'y aurait aucun licenciement et précisé qu'elle recruterait parallèlement 5.000 jeunes.

"Dans le projet de budget qui sera présenté au conseil d'administration du 13 février, l'entreprise prévoit de réduire le nombre de postes d'environ 1.500 pour l'ensemble de la SNCF, soit moins de la moitié des suppressions effectuées en 2007. Les suppressions ne se traduiront par aucun licenciement. Le projet prévoit également le recrutement de plus de 5.000 jeunes", a déclaré un porte-parole de la direction à Reuters.

Elle a en revanche démenti "formellement" une information du Figaro qui affirmait qu'elle devait annoncer le 13 février la suppression de 6.000 emplois dans le fret, qui en compte 20.000, pour redresser les comptes de cette division.

Le syndicat Sud-Rail déclare cependant que ce chiffre de 6.000 suppressions d'emplois dans le fret est bien le bon et qu'il pourrait même être dépassé lorsque la restructuration de cette activité sera terminée.

"La SNCF joue sur les mots", déclare le syndicat situé à l'extrême-gauche. Les syndicats estiment que la restructuration du fret est un prélude à sa privatisation, ce que dément la compagnie.

L'annonce intervient alors que le dossier de la réforme du régime spécial de retraite des cheminots, qui doit les amener de 37,5 à 40 ans de cotisation, n'est pas refermé.

Une manifestation nationale des cheminots doit être organisée à Paris le 22 janvier, alors que les négociations catégorielles se poursuivent dans des tables rondes.

Selon le Figaro, les 20.000 cheminots de la branche fret de la SNCF travaillent en moyenne 25 heures par semaine et la direction souhaite porter la durée du temps de travail à 35 heures mais proposera une hausse de 10 à 15% des rémunérations en contrepartie.

La SNCF souhaite aussi allonger le temps de parcours des trains pour relancer cette activité, en déficit depuis dix ans.

Le quotidien rappelle que la branche fret a perdu 900 millions d'euros en 2007. /MB/TL

(Matthias Blamont)