L'Oréal recule, ventes décevantes et perspectives plus prudentes

vendredi 18 juillet 2008 10h58
 

PARIS, 18 juillet (Reuters) - L'Oréal REP.PA essuie la plus forte baisse du SRD et du CAC 40 vendredi en Bourse après la publication de ventes semestrielles inférieures aux attentes et de prévisions plus prudentes sur la croissance à venir.

Vers 10h40, l'action du groupe de cosmétiques recule de 5,43% à 62,70 euros, dans un volume de 1,92 million de titres, après avoir touché un plus bas de l'année de 60,62 euros en début de séance. L'indice CAC 40 .FCHI perd 0,2% et l'indice DJ Stoxx sectoriel européen recule de 1,35%.

Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires de 8,64 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 1,6%, alors que les analystes tablaient sur 8,7 milliards en moyenne. Le groupe a aussi ramené son objectif de croissance 2008 à 6%, en bas de la fourchette de 6-8% annoncée auparavant. [ID:nL1773403]

Plusieurs analystes ont revu en baisse leurs estimations et objectifs de cours sur le titre, notamment Natixis qui est passé de 85 à 76 euros et Oddo qui l'a ramené de 96 à 86 euros, et RBS a abaisse sa recommandation de "conserver" à "vendre".

Vanessa Laurence, analyste d'Oddo Securities, note en particulier une déception sur l'Europe de l'Ouest et la révision en baisse de l'objectif du groupe sur l'année.

Crédit suisse note la faiblesse persistante du marché d'Amérique du Nord et estime qu'il devrait être difficile pour L'Oréal d'atteindre son objectif de croissance 2008 "à moins que les marchés émergents conservent le même rythme de croissance".

"Il semble qu'ils ne maîtrisent pas encore bien une situation de marché qui est devenu plus difficile", commente de son côté Jeremy Fialko, analyste chez ABN Amro.

Cependant, la plupart des analystes financiers continuent à recommander d'"accumuler" ou d'acheter le titre, estimant que le cours actuel est très faible et que le recul sera limité.

"Les cours actuel intègrent le pire des scénarios", note Vanessa Laurence d'Oddo, estimant que L'Oréal est le mieux placé de son secteur pour résister au ralentissement économique.   Suite...