LEAD 1 TF1 ne prévoit pas un résultat "extraordinaire" au T1

jeudi 17 avril 2008 12h30
 

par Cyril Altmeyer

PARIS, 17 avril (Reuters) - TF1 (TFFP.PA: Cotation) ne prévoit pas un résultat "extraordinaire" au premier trimestre mais confirme viser une croissance de 2,4% de son chiffre d'affaires en 2008, a déclaré jeudi son directeur général Nonce Paolini.

"L'activité économique du pays est assez médiocre, c'est vrai dans toutes les activités", a-t-il expliqué lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires du groupe de télévision. "Les analystes considèrent que dans toutes les activités de médias, les comptes ne seront pas extraordinaires, c'est probable qu'ils ne le seront pas", a-t-il ajouté, rappelant que les comptes du premier trimestre n'étaient pas encore arrêtés et ne seraient publiés que le 14 mai.

L'action TF1 qui progressait en début de séance, s'est retournée en baisse dans des volumes étoffés après cette déclaration pour reculer de 0,60% à 14,93 euros vers 11h45.

En réponse à une question sur la prévision de croissance du groupe, Nonce Paolini a répondu: "Pour l'instant, les prévisions restent ce qu'elles sont".

Le 21 février, TF1 avait dit tabler sur une hausse de 2,4% de son chiffre d'affaires consolidé à 2,83 milliards d'euros en 2008, après une hausse de 4,1% en 2007.

TF1 avait également dit viser une marge Ebitda/chiffre d'affaires d'environ 20% d'ici quatre à cinq ans - hors impact de la future réforme de l'audiovisuel - contre 15,7% l'année dernière. Cela se traduirait par une hausse de 150 millions d'euros de son Ebitda comparé aux 434,5 millions enregistrés en 2007.

Nonce Paolini avait présenté le même jour des axes stratégiques et des pistes pour réduire les coûts mais le marché avait été déçu qu'ils ne soient pas chiffrés. Nonce Paolini s'était dit notamment déterminé à stabiliser les coûts de la grille dans les "quatre à cinq ans", sans fournir d'objectif précis pour 2008.

En 2007, le coût de la grille de TF1 a progressé de 2,9% hors retransmissions d'évènements sportifs, mais reculé de 3,4% en les intégrant, la diffusion de la Coupe du monde de rugby ayant coûté moins cher que celle de la Coupe du monde de football en 2006.   Suite...