1 août 2008 / 22:34 / il y a 9 ans

LEAD 1 Juillet noir pour le marché automobile américain

par Poornima Gupta

DETROIT, 1er août (Reuters) - Le marché automobile américain a connu un mois de juillet noir, le durcissement des conditions de crédit, la hausse des prix à la pompe et le pessimisme ambiant des consommateurs ayant provoqué une chute des ventes pour la plupart des constructeurs, Nissan (7201.T) excepté.

Les ventes de véhicules légers aux États-Unis ont dégringolé de 20,1% le mois dernier à 1.135.056 unités, soit un taux annualisé et ajusté des variations saisonnières de 12,54 millions, le plus mauvais score depuis avril 1992, soit plus de seize ans.

En juillet 2007, le taux annualisé était ressorti à 15,48 millions d‘unités.

La performance de juillet est surtout imputable au marché des 4X4, qui souffre de la flambée des prix de l‘essence car celle-ci incite plus que jamais les automobilistes américains à se rabattre sur des véhicules plus petits, moins lourds et à plus faible cylindrée.

Les ventes de 4X4 ont chuté de 31,7% le mois dernier, tandis que celles de voitures ont baissé de 13,5%.

General Motors (GM.N) a été frappé de plein fouet par cette mutation et ses ventes ont dégringolé de 27%. Le géant de Detroit a également annoncé ce même jour une lourde perte de 15,5 milliards de dollars sur le trimestre avril-juin, imputable notamment à une charge de 9,1 milliards destinée justement à compenser la défiance vis-à-vis des SUV et pick-ups [nL1510695].

L‘action GM a terminé en fort recul de 7,6% à Wall Street - sur le marché des Credit Default Swaps, les CDS du groupe ont atteint un record en inscrivant 90% de probabilité que General Motors puisse faire défaut sur sa dette au cours des prochains mois - tandis que Ford (F.N), numéro deux américain, a perdu 3,1% après avoir fait état lui aussi d‘une baisse à deux chiffres de ses ventes en juillet (-15%).

Ces chiffres ne tiennent pas compte de la présence cette année en juillet de deux jours ouvrables de plus que l‘an dernier à pareille époque. En données ajustées, la baisse est encore plus douloureuse: -32% pour GM, -22% pour Ford, tandis que pour Chrysler, désormais non coté, les ventes ajustées ont chuté de 34% sur le mois.

Dans ce contexte, Fitch a encore dégradé la dette de Ford plus loin dans la catégorie “junk”.

LES AUTOMOBILISTES IGNORENT LES PROMOTIONS

Le japonais Toyota (7203.T), qui a longtemps gagné des parts de marché au profit des géants de Detroit grâce notamment à ses modèles moins gourmands à la pompe, hybrides en tête, a connu lui aussi un mauvais mois de juillet avec une baisse de 12% de ses ventes (-19% en données ajustées)

En revanche, son compatriote Nissan (7201.T) a tiré son épingle du jeu avec une hausse de 8,5% de ses ventes (+0,1% en données ajustées), tandis qu‘un autre constructeur nippon, Honda (7267.T), est parvenu à limiter à 1,6% la baisse de ses ventes en juillet (-9,6% en données ajustées).

Le marché automobile américain est parti pour connaître sa plus mauvaise année en dix ans et les analystes estiment que le déclin des ventes risque de se poursuivre en 2009, avec un possible rebond en 2010, mais pas avant.

Ford a indiqué lui aussi s‘attendre à ce que l‘environnement de crédit plus difficile et le rétrécissement du marché du leasing pèsent sur les ventes du secteur pendant les mois à venir, voire “durant l‘année à venir”.

Les incitations à l‘achat offertes par les constructeurs n‘ont pas réussi à endiguer la contraction du marché, alors que les remises par véhicule ont atteint leur niveau le plus généreux depuis le début de l‘année, à la fois pour les constructeurs américains et japonais, selon le spécialiste du secteur Edmunds.

Les trois géants de Detroit ont en revanche été contraints de durcir les conditions sur leurs crédits auto pour protéger leurs bilans, notamment face à la chute de la valeur de leurs gros modèles sur le marché de l‘occasion.

Chrysler a pour sa part complètement abandonné le marché du leasing. Il a précisé vendredi que sa branche de crédit auto avait négocié avec succès le cadre général d‘un refinancement de 30 milliards de dollars de dettes garanties par des crédits automobiles. Le groupe, racheté par Cerberus à Daimler (DAIGn.DE) il y a un an, a ajouté disposer fin juin de 11,7 milliards de dollars de trésorerie, et fait état d‘un Ebitda de 1,1 milliard de dollars au titre du premier semestre de l‘année.

Le directeur général de Chrysler, Bob Nardelli, a également annoncé que le constructeur travaillait désormais en interne et par le biais de partenariats à un élargissement de sa gamme à des voitures de plus petit gabarit. /GG

Version française Gilles Guillaume

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below