LEAD 3 JCDecaux abaisse son objectif de marge pour 2008

vendredi 1 août 2008 11h45
 

 par Cyril Altmeyer
 PARIS, 1er août (Reuters) - JCDecaux (JCDX.PA: Cotation) a abaissé
vendredi sa prévision de taux de marge brute opérationnelle en
2008 face aux incertitudes sur les perspectives de son marché et
de l'économie au second semestre, tout en confirmant sa
prévision de croissance organique de 6 à 7% en 2008.
 Le numéro deux mondial de la communication extérieure
derrière Clear Channel Outdoor (CCO.N: Cotation) a enregistré une
croissance organique de 9,5% au premier semestre, largement
supérieure aux 7,6% attendus par le consensus Reuters, notamment
grâce à son pôle transport.
 Le groupe, leader en Europe et en Asie Pacifique, espère
désormais maintenir son taux de marge brute opérationnelle en
2008 au niveau de 26% enregistré au premier semestre, alors
qu'il anticipait en début d'année une stabilité comparé aux
26,4% de 2007.
 "Il est difficile d'aller plus loin à ce stade compte tenu
des interrogations que nous avons sur notre environnement", a
déclaré lors d'une conférence téléphonique Gérard Degonse.
 Après avoir ouvert en hausse de 1,9%, l'action perd 3,55% à
15,74 euros vers 11h40, sous-performant l'indice DJ Stoxx des
médias  (+0,11%).
 Emmanuel Chevalier, analyste chez CM-CIC, observe dans une
note le très bon niveau d'activité au premier semestre, mais
observe que les perspectives seront un peu plus difficiles au
second semestre, notamment en termes de marge.
 Il souligne "un momentum difficile, 2008 restant plus
difficile en termes de marge et de cash avec les renouvellements
de contrats et les développements à l'international dans les
transports, activité qui tire la croissance mais à plus faible
rentabilité".
 La croissance organique de JCDecaux s'est accélérée au
deuxième trimestre, atteignant 11,8%, contre 8,1% attendu après
6,9% au premier trimestre. 
 Le pôle transport, qui a réalisé au premier semestre un
chiffre d'affaires de 299,5 millions sur un total de 1.067,6
millions, affiche une croissance organique de 22,5% au premier
semestre, grâce à ses rythmes élevés sur ses principaux marchés,
notamment l'Asie-Pacifique et l'Amérique.
 
 DETERIORATION DE LA CONJONCTURE AU S2
 JCDecaux a accusé comme prévu une baisse de sa marge
opérationnelle, en recul de 0,9% à 277,5 millions d'euros sous
le coup d'un retrait dans le mobilier urbain, qui assure la
moitié du chiffre d'affaires du groupe, par la faiblesse du
marché de l'affichage et par les effets de change.
 Gérard Degonse a confirmé la prévision de marge
opérationnelle de 38 à 39% pour le mobilier urbain en 2008.
Celui-ci a reculé de trois points à 38,3% au premier semestre,
notamment en raison des coûts de développement liés aux
renouvellements de contrats en France et des dépenses
opérationnelles supplémentaires liée à l'étendue de Velib', le
service de vélos en libre-service à Paris. 
 Le directeur financier a précisé que le groupe prévoyait des
investissements compris entre 270 et 290 millions d'euros en
2008, à comparer à une première indication d'environ 300
millions prévus en début d'année et à un niveau de 161,5
millions au premier semestre. Il a ajouté que le groupe
fournirait des indications, très attendues, pour 2009 et 2010
lors de la publication des résultats annuels.
 JCDecaux a enregistré au premier semestre sa plus forte
croissance interne en Asie-Pacifique (+21,5%), surfant sur les
Jeux olympiques avec des contrats obtenus dans le métro de Pékin
et d'une partie de l'aéroport de la capitale chinoise.
 "Les Jeux olympiques ont un très bon impact sur nos
activités pékinoises et dans une moindre mesure sur nos
activités chinoises", a indiqué Jean-Claude Decaux, président du
directoire du groupe.
 Il a précisé que l'impact des J.O. sur l'activité serait,
comme prévu, moindre au troisième trimestre qu'au premier
semestre, en raison des restrictions imposées par le CIO et les
autorités chinoises entre la mi-juillet et la mi-septembre sur
les prix appliqués aux annonceurs.
 Jean-Claude Decaux a également ajouté que le groupe, présent
en Chine par le biais de partenariats locaux, n'avait noté aucun
retrait de client lié à l'identité française du groupe.
 Les autorités de Pékin ont assuré mercredi qu'aucun
traitement discriminatoire n'affectait les entreprises
françaises, à la suite d'informations de presse selon lesquelles
elles auraient réclamé une suspension d'au moins trois mois des
investissements français dans la ville. /CA
 Pour accéder au tableau des résultats, veuillez cliquer sur:
[ID:nWEA4284]
 (Edité par Jacques Poznanski)